Versatile

Mon ami John, francophile jusqu’à la moëlle depuis l’année universitaire qu’il a passée en France il y a plus de 20 ans parle un français qui quoiqu’ excellent, tient plus de Dutronc que de Flaubert. Dans une récente conversation, en français s’il vous plait, sur nos chers joueurs de baseball, les Yankees, John me soutient que la force de notre équipe favorite est en partie due à la versatilité de certains joueurs. Entendant John utiliser l’adjectif  versatile  pour décrire ces joueurs, je lui demande de préciser sa pensee. John me réponds qu’il a utilisé cet adjectif pour décrire des joueurs capables de jouer plusieurs positions avec égale habileté et, de surcroît, ambidextres.

Manifestement John utilisait le mot versatile dans son sens anglais.Quoique le sens de « changeant or fluctuant aisément »soit un des sens retenu pour ce mot par le dictionnaire Merriam-Webster,l’acception la plus courante est celle de «  capable de multiples usages »,ou, applique a une personne,  « ayant de multiples talents ,ou intérêts ».C’est dans ce sens que l’on retrouve le mot dans les exemples d’usage notés tant dans le Roget’s Thesaurus que dans l’Encyclopedia Britannica en ligne : je cite la description de Nina Simone : «  versatile performer (pianist-singer-songwriter) whose few original compositions deal mainly with racism and whose wide-ranging repertoire encompasses jazz, soul, blues, folk, gospel, and pop songs ». Dans tous les cas de figure, le mot est aujourd’hui utilisé avec une connotation positive, voire flatteuse.

En français, par contre, l’acception courante du mot est péjorative : « personne ne qui change souvent et aisément de parti, d’opinion; qui est sujet à de brusques revirements » selon le Trésor de la Langue Française qui d’ailleurs donne comme synonymes « capricieux, fantasque, lunatique, inconstant. ». C’est dans ce sens que Sainte- Beuve l’utilisait dans Port Royal : « On connaît bien et trop bien l’intérieur de ce prince vif et spirituel, mais capricieux, versatile, a la merci de sa fantaisie présente. ». Le sens, vieilli, de « qui provoque ou subit un mouvement alternatif, d’un côté puis d’un autre » est tombé en désuétude.

Comment le même mot ayant la même origine a-t-il pu acquérir des connotations si diamétralement opposées en français et en anglais?

Le mot vient du latin versatilis « mobile, qui tourne aisément », et, au sens figure « flexible, qui se plie à tout », lui-même un dérivé de versare =tourner, se retourner.

Au Moyen Age et encore au XVIème siècle, le mot versatile était employé pour désigner une épée à deux tranchants. Cette capacité à être utilisé dans un sens ou dans l’autre est soulignée par Montaigne, qui dit de l’esprit humain : « Il traite et soi et tout ce qu’il reçoit, tantot avant, tantôt arrière, selon son être insatiable, vagabond et versatile ». Le sens dépréciatif de l’adjectif n’est donc pas encore fixé en français. C’est par un emprunt au vieux français que le mot est rentré dans le vocabulaire anglais, prenant et figeant de ce fait la connotation que le mot avait à l’époque, à savoir de quelque chose d’utile, ayant plusieurs usages ou applications, donc un sens positif. Le premier usage a été relevé dans le traité Of the Avancement of Learning de Francis Bacon au début du XVIIème siècle.

Le français semble n’avoir retenu que le coté girouette du mot et en l’appliquant aux personnes, lui a donné une connotation péjorative.

En dépit de cette opposition de connotation entre les deux langues, notez, néanmoins que toutes deux ont gardé le même sens spécialisé du mot en zoologie : le doigt versatile de l’oiseau est un doigt capable de tourner en avant ou en arrière. On qualifie ainsi l’antenne de certains insectes.

Somme toute, il convient sans doute d’être versatile pour savoir sur quel pied danser.

Publicités