L’ homme et la mouche

Que l’homme prenne la mouche ne surprend personne. Que l’homme et la mouche partagent des comportements peut étonner. C’est pourtant le cas si l’on se fie aux travaux du professeur Zars[1] de l’Université du Missouri, spécialiste en neurobiologie. Le professeur Zars a étudié le comportement des mouches à fruit males, Drosophila melanogaster, et a découvert que les males privés de sexe noient leur dépit dans l’alcool : parallèle évident avec le comportement des hommes !


[1] G. Shohat-Ophir, K. R. Kaun, R. Azanchi, U. Heberlein. Sexual Deprivation Increases Ethanol Intake in Drosophila. Science, 2012; 335 (6074): 1351 DOI: 10.1126/science.1215932

Publicités

In vino sanitas: the French paradox

The French are known to enjoy wine and to eat a rich diet featuring such delicacies as foie gras, sweetbread or kidneys.Yet, on average, the French have a lower incidence of cardiovascular disease than teetotalers: this is what medical researchers call the French paradox explained by the red wine consumption of the French. For a number of years, it has been known that the molecule responsible for the French paradox is resveratrol, a naturally occurring molecule in wine which acts as an anti-oxidant[1].Resveratrol was isolated in 1940 by Professor Tokoaka in white hellebore, showing how good an intuition La Fontaine had when his rabbit suggested to the tortoise that it should eat some white hellebore to restore its sanity put in question by the tortoise’s challenge to the rabbit to a foot race!

Researchers from the University of the Basque Country have now shown yet another benefit of resveratrol by demonstrating its beneficial action in the reduction of fat accumulation in the liver for reasons other than alcoholism[2] .It was known that the consumption of red wine reduces the risk of lung cancer[3],protect the prostate (those who drink 4-7 glasses of red wine per week have half the risk of prostate cancer of non-drinkers)[4],and, at least for men ( a way of thanking Noah for having planted a vineyard[5]?),can add 5 years to the life expectancy[6] (half a glass a day versus no drinking at all).According to researchers from the Yale School  of Public Health, patients with non-Hodgkin’s lymphoma who drink wine have have a better survival rate after 5 years than non-drinkers, that those patients who have been drinking wine for at least 25 years before being diagnosed have  25-35%less risk of relapse, death or development of secondary cancer than non-drinkers 5 years after and that if the cancer is a B-cell lymphoma the risk difference is 60%[7].A recent  study carried out at the Cornell School of Medicine shows that this splendid molecule greatly reduces the formation of plaques, thought to be responsible for Alzheimer’s, in the brains of the tested animals[8].The action on plaques might be due to the chelation of copper. According to Professor Greenberger, Head of the Radiation Oncology Department of the Scholl of Medicine at the University of Pittsburgh, resveratrol in acetylated form may offer protection against radiation exposure[9].

Last, but not least, a study of food consumption patterns of wine and beer drinkers in Danemark,France and the United States, published in the British Medical Journal [10]in 2006 shows that wine drinkers have better dietary habits than beer drinkers. Wine drinkers eat more fruits, vegetables, olives (for extra dry martinis?), white meat and use less fat in cooking than beer drinkers. Beer drinkers buy more prepared foods, chips, cold cuts, sausages, butter and margarine and soft drinks!

Resveratrol laudamus te!


[1] Some think the molecule’s action is due to the activation of the Sirtuin 1 gene: Lagouge M, Argmann C, Gerhart-Hines Z, et al (December 2006). « Resveratrol improves mitochondrial function and protects against metabolic disease by activating SIRT1 and PGC-1α« . Cell 127 (6): 1109–22.

[2] Basque Research (2009, May 13). Two Glasses Of Wine A Day Helps To Reduce Quantity Of Fat In Liver. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/05/090512111157.htm. Ms Elizabeth Hijona Muruamendiaraz  experimented on mice suffering from non-alcoholic hepatic esteatosis.For additional references on the beneficial action of resveratrol on liver fonctions :cf. University of California, San Diego Health Sciences (2008, May 22). Daily Glass Of Wine Could Improve Liver Health. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/05/080520162239.htm

[3] American Association for Cancer Research (2008, October 7). Red Wine May Lower Lung Cancer Risk. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/10/081007073922.htm

[4] Harvard Men’s Health Watch (2007, May 26). Red Wine Protects The Prostate, Research Suggests. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com/releases/2007/05/070525215203.htm ; University of Alabama at Birmingham (2007, September 1). Red Wine Compound Shown To Prevent Prostate Cancer. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2007/08/070831131320.htm

[5] Gen.9:20

[6] BMJ-British Medical Journal (2009, April 30). Half A Glass Of Wine A Day May Boost Life Expectancy By Five Years. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090429205609.htm

[6] American Association for Cancer Research (2009, April 24). Drinking Wine May Increase Survival Among Non-Hodgkin’s Lymphoma Patients. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090421154322.htm

[7] BMJ-British Medical Journal (2009, April 30). Half A Glass Of Wine A Day May Boost Life Expectancy By Five Years. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090429205609.htm

[7] American Association for Cancer Research (2009, April 24). Drinking Wine May Increase Survival Among Non-Hodgkin’s Lymphoma Patients. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090421154322.htm

[8] Karuppagounder SS, Pinto JT, Xu H, Chen HL, Beal MF, Gibson GE (November 2008). « Dietary supplementation with resveratrol reduces plaque pathology in a transgenic model of Alzheimer’s disease ». Neurochem Int. 54: 111.

[9] [9] University of Pittsburgh Schools of the Health Sciences (2008, September 24). Plant Antioxidant May Protect Against Radiation Exposure. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/09/080923181110.htm

[10] BMJ-British Medical Journal (2006, January 20). Wine Drinkers Have Healthier Diets Than Beer Drinkers. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2006/01/060119232848.htm

In vino sanitas :le paradoxe français

Le Français boit du vin et mange des aliments riches ,foie gras, ris de veau ,rognons etc., et cependant  souffre moins de maladies cardiaques que ceux qui ne boivent pas du tout :c’est ce que les médecins appellent le paradoxe français. La consommation de vin rouge par les Français en est l’explication. Depuis plusieurs années, il est reconnu que la molécule responsable du paradoxe français est le resvératrol .Cette molécule ,naturellement présente dans le vin, a des vertus anti-oxydantes bien établies[1]. Elle a été identifiée dès 1940  par le professeur  Takoaka dans l’hellébore blanche, comme quoi La Fontaine avait eu la bonne intuition !

Les chercheurs de l’Université du Pays Basque viennent d’allonger la liste des bienfaits du resvératrol en démontrant son action positive pour la réduction des accumulations de graisses dans le foie pour des raisons autres que l’alcoolisme[2].On savait déjà que la consommation de vin rouge réduit le risque de cancer du poumon[3],protège la prostate ( ceux qui boivent  4 à 7 verres de vin rouge par semaine ont la moitié moins de chance d’avoir un cancer de la prostate que ceux qui ne boivent pas du tout)[4],et, du moins pour les hommes (en remerciement à Noé pour avoir « planté les vignes »[5] ?) peut allonger l’espérance de vie de 5 ans ( un demi verre par jour par rapport à un régime sans alcool)[6] et que selon une étude de chercheurs de la Yale School of Public Health les patients buveurs de vin souffrant de lymphome de type non- Hodgkin  ont un bien meilleur taux de survie après 5 ans que ceux qui ne boivent pas  et que ceux qui ont bu du vin pendant au moins 25 ans avant le diagnostic ont un risque de rechute ,de décès ou de cancer secondaire réduit  de 25 et 35 %  et  réduit de 60% s’il s’agit de lymphome de cellules B[7].Une étude récente de la Faculté de Médecine de l’Université Cornell  démontre que cette magnifique molécule réduit considérablement la formation de ces plaques accusées de causer la maladie d’Alzheimer dans les cervaux des animaux testés[8].On peut supposer que c’est par une chélation du cuivre que le resvératrol agit sur les plaques.Cette molécule ,dans sa forme acétylée,selon le professeur Greenberger ,patron du service de Radiation Oncology de la Faculté de Médecine de l’Université de Pittsburgh, pourrait aussi offrir  une protection contre l’exposition aux radiations[9].

Une étude publiée[10] dans le British Medical Journal ,se basant sur des analyses de comportements de consommateurs au Danemark, aux Etats-Unis et en France ,montre que les buveurs de vin ont une alimentation plus saine que les buveurs de bière :ils mangent plus de fruits, de légumes, d’olives ( très utile pour la confection des martinis dry sans doute ?) de viande blanche et utilisent moins de graisses dans la cuisson alors que les buveurs de bière achètent des plats préparés, des pommes chips[11], des cochonailles, des saucisses, du beurre ,de la margarine et des sodas !

Resveratrol  laudamus te !


[1] Certains pensent que l’action de la molécule provient de l’activation du gène Sirtuin 1: Lagouge M, Argmann C, Gerhart-Hines Z, et al (December 2006). « Resveratrol improves mitochondrial function and protects against metabolic disease by activating SIRT1 and PGC-1α« . Cell 127 (6): 1109–22.

[2] Basque Research (2009, May 13). Two Glasses Of Wine A Day Helps To Reduce Quantity Of Fat In Liver. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/05/090512111157.htm.Les expériences de Melle Elizabeth Hijona Muruamendiaraz ont porté sur des souris souffrant d’estéatose hépatique non-alcoolique.Pour l’action bénéfique du vin rouge sur le foie cf. : University of California, San Diego Health Sciences (2008, May 22). Daily Glass Of Wine Could Improve Liver Health. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/05/080520162239.htm

[3] American Association for Cancer Research (2008, October 7). Red Wine May Lower Lung Cancer Risk. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/10/081007073922.htm

[4] Harvard Men’s Health Watch (2007, May 26). Red Wine Protects The Prostate, Research Suggests. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com/releases/2007/05/070525215203.htm ; University of Alabama at Birmingham (2007, September 1). Red Wine Compound Shown To Prevent Prostate Cancer. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2007/08/070831131320.htm

[5] Gen.9:20

[6] BMJ-British Medical Journal (2009, April 30). Half A Glass Of Wine A Day May Boost Life Expectancy By Five Years. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090429205609.htm

[7] American Association for Cancer Research (2009, April 24). Drinking Wine May Increase Survival Among Non-Hodgkin’s Lymphoma Patients. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090421154322.htm

[8] Karuppagounder SS, Pinto JT, Xu H, Chen HL, Beal MF, Gibson GE (November 2008). « Dietary supplementation with resveratrol reduces plaque pathology in a transgenic model of Alzheimer’s disease ». Neurochem Int. 54: 111.

[9] University of Pittsburgh Schools of the Health Sciences (2008, September 24). Plant Antioxidant May Protect Against Radiation Exposure. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/09/080923181110.htm

[10] BMJ-British Medical Journal (2006, January 20). Wine Drinkers Have Healthier Diets Than Beer Drinkers. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2006/01/060119232848.htm

[11] Le mot figure bien dans le Larousse !

BBC Forum: Chaos theory, money and patients

On Sunday May 9, 2009 the BBC Forum (listen here) convened Lord Robert May, former scientific adviser to the British government, Gillian Tett, financial analyst and social anthropologist, and Abraham Verghese, doctor and author. Lord May showed how a very simple equation can be used to create a situation of chaos. His analysis, applicable to ecological changes as well as to epidemics, showed very clearly how a small change in initial conditions can create vastly different results. Gillian Tett, using her dual background presented a fascinating view of the lure of money and Dr.Verghese showed how the ritual of personal examination of a patient by the doctor fulfills an important therapeutic role-an observation worth pondering in this age of medicine by machines and of doctors who, pressured by costs and by greed, hardly spend any time with their patients preferring to rely on test results in lieu of personal observation.

Les faux amis de la gastronomie

Our English-speaking friends will find delectable David Gaillardon’s  chronicle in the Sunday Times.He explores with humor and erudition the faux-amis one might encounter in the kitchen or in the restaurant.

Signalons à l’attention de nos lecteurs l’excellente chronique de David Gaillardon dans le Sunday Times,parfois reprise dans Canal Académie,qui vous fera decouvrir le blancmangé de Guillaume le Conquérant et bien d’autres amis et faux amis culinaires: http://www.canalacademie.com/Les-faux-amis-de-la-gastronomie.html

Si vous voulez savoir si le gout du sucré est inné,lisez le compte-rendu d’un colloque tenu à Arbois tel qu’il apparait dans Canal Académie:

http://www.canalacademie.com/Plaisir-et-habitudes-alimentaires.html

Ce colloque a été organisé en juin 2007 à Arbois (Jura), dans le cadre des conférences du Pôle Innovation Alimentation Santé, une initiative de la Fondation de la Maison Louis Pasteur (fondation de l’Académie des sciences).

Pour la première fois de son histoire, une large partie de la population mondiale « ne court plus après les calories ». Ce changement fondamental a entraîné l’émergence de maladies dites de pléthores qui posent un véritable problème de santé publique.

Par ailleurs, les relations entre l’homme et l’alimentation ont fortement évolué. Lorsque nous nous nourrissons, nous ne faisons pas qu’absorber une quantité d’aliments. D’autres éléments entrent en jeu : le « comportement alimentaire » qui regroupe le moment qui précède le repas (sa préparation, les courses, la cuisine), les conditions de la prise du repas (ambiance, le nombre de personnes à table) et ce qui suit le repas (sensation de satiété, digestion). L’ensemble des évènements et l’émotion suscités autour des repas influencent le plaisir alimentaire et donc l’équilibre nutritionnel qui en découle.

Cerveau et Goût

par André Holley

André Holley, membre du Centre Européen des Sciences du Goût

Le goût correspond aux sensations produites par les sens gustatifs et olfactifs. Parmi les capteurs, on trouve en premier lieu les papilles, ainsi que des filets nerveux qui montent vers le cerveau.

L’odorat nous donne accès aux arômes. Ses molécules montent vers les cavités nasales et descendent dans les poumons.

L’ouïe aussi a son rôle à jouer ! Il nous permet d’apprécier le craquant, mais aussi la dureté d’un aliment (sensibilité musculaire).

N’oubliez pas le nerf trijumeau !

Le nerf tri jumeau est très important : il reconnaît les substances chimiques irritantes (moutarde, vinaigre, ammoniaque). Il permet de donner une valeur aux textures (croustillant, tendre). Il innerve aussi la douleur (il est responsable de vos rages de dents) !

L’homme possède 400 récepteurs toujours en activité (de l’ordre de 1000 pour les animaux).

Le goût : à quoi sert-il ?

Le goût est le gardien de l’entrée du tube digestif : en fonction des informations captées par les sens, l’individu choisit de poursuivre ou non la prise alimentaire.

Il a également une dimension affective : en agissant sous une forme de plaisir de déplaisir, il nous incite à manger.

Le sucre : un plaisir inné

Peu de gens résistent aux saveurs sucrées, et c’est normal ! Dès notre naissance des récepteurs chargés de capter tous les saveurs sucrées, sont en lien avec le cerveau et lui indique une information positive. À y regarder de plus près, les molécules ayant le goût sucré sont aussi celles qui sont riches en énergie. Ces récepteurs ont donc valeur de guide pour nous orienter vers un carburant essentiel à notre corps.

De même, nous avons une prédisposition innée à la valeur négative de l’amer.

Le cerveau conditionne les informations alimentaires de manière à faire le rapprochement entre deux événements : manger un aliment qui vous est agréable au goût mais qui vous rend malade à la digestion peut vous faire contracter une aversion à celui-ci !

Goût, plaisir et conséquences sur notre régime alimentaire

par Philippe Besnard

Philippe Besnard, titulaire de la chaire de Nutrition de l’ENSBANA

L’obésité est un problème mondial de santé public, touchant aussi bien les pays riches que les pays en voie de développement.

L’obésité correspond à un Indice de masse corporel (IMC). Celui-ci est calculé selon le ratio suivant :

Poids en kilos, divisé par la taille au carré = 65 kilos / 1.802

IMC :

– Inférieur à18 : maigreur

– De 18 à 25 : normal

– De 26 à 29 : surpoids

– Au-delà de 29 : obésité

Sur 270 millions d’Américains, plus de 100 millions sont obèses. Ils pourraient représenter 75% de la population à l’horizon 2030.

En France, 9% de la population est touchée. Les médécins s’inquiètent notamment de la monté de l’obésité infantile, passée de 5% en 95 à 16% en 2006 !

Transition nutritionnelle

Jusqu’au XXe siècle, les glucides (céréales, féculents, sucres lents) étaient très majoritaires, avant d’être consommés de manière plus modeste ensuite.

Si la consommation des protéines n’a pas beaucoup bougé, en revanche, les lipides montent en pic, conséquences des graisses cachées dans les produits carnés.

Si dans les années 1900, un homme consommait en moyenne 3500 calories par jour, aujourd’hui il n’en consomme plus que 2400. Mais nous sommes passés d’une alimentation riche en fibre et pauvre en graisse à l’exact inverse.

Accumulé à un manque d’exercice physique, vous obtenez un risque accru d’obésité avec toutes les conséquences médicales qui en résultent.

En France, l’alimentation destructurée correspond le plus souvent à une population défavorisée.

En France, avec 1 million de ménages vivent en-dessous du seuil de pauvreté (moins de 600 € par mois) et avec en moyenne entre 1 et 3 € par jour pour manger… le choix alimentaire est forcément restreint. Sont alors consommés en priorités des aliments riches sur un plan énergétique et peu chers, mais pauvres en apport nutritionnel.

L’obésité peut également avoir des origines génétiques, conséquence d’une mutation d’une protéine qui transporte une quantité de lipides importante.

Pyramide alimentaire

Pyramide alimentaire

Pour entretenir votre ligne et votre santé, il vous faudra :

– Manger plus !

* de produits laitiers

* de fruits et de légumes

* de céréales et de féculents : le pain n’est pas néfaste à la santé !

– Manger moins !

* de graisses saturées à éviter (ce qui ne veut pas dire qu’il faille proscrire toutes les graisses) : viennoiseries, pâtisseries, charcuterie, beurre, sauces et certains fromages

* de sodas

* d’alcool

Et marcher ! Vingt minutes de marche par jour suffisent pour entretenir votre organisme.

André Holley est Professeur émérite de l’Université Claude-Bernard, Lyon 1, membre du Centre Européen des Sciences du Goût (CESG) à Dijon, centre qu’il a dirigé de 2000 à 2002. Il a longtemps animé des recherches sur l’olfaction, avant de se tourner, plus récemment, vers le goût.

Philippe Besnard est Professeur des Universités titulaire de la chaire de Nutrition de l’ENSBANA, responsable du Laboratoire de Physiologie de la Nutrition. L’équipe de Philippe Besnard travaille sur la détection orale et l’absorption intestinale des lipides alimentaires.

En savoir plus sur :

– Le Centre Européen des Sciences du Goût

– L’ENSBANA, Ecole nationale supérieure de biologie appliquée à la nutrition et à l’alimentation