Comment acquitter la facture du percepteur en donnant un tableau ?

C’est le thème du dernier article de Thibault de Ravel d’Esclapon.Il y explique comment une disposition ajoutée au code des impôts il y a quarante ans permet aux propriétaires d’œuvres d’art  jugées historiquement  importantes de payer certains de  leurs  impôts en donnant ces œuvres au gouvernement.Il explique le mécanisme de la dation en paiement  et relate quelques uns des exemples les plus célèbres ,dont  Le déjeuner sur l’herbe ou le Portrait de Diderot de Fragonard .La dation en paiement ne s’applique pas à tous les impôts-ce serait trop beau-seulement à certains comme  l’ impôt sur la fortune.

La gastronomie et les orgues

Le Dr. Jean Vitaux qui nous régale avec sa chronique gastronomique sur Canal Académie (rappelons nous sa très drôle chronique Les ordres religieux et la gastronomie l’été dernier) fait revivre l’étrange théorie de Charles Riepp, facteur d’orgues ,organiste et amateur de bonne chère ,né en Allemagne au XVIIIème siècle et naturalisé français ,selon laquelle à chaque jeu d’orgue correspond un plat (la trompette correspond au rôti,la bombarde à la cuisse de sanglier..) et à chaque partie de l’orgue un article de cuisine ( pour lui les registres sont des hachoirs,le clavier est une assiette…!).Ecoutez la savoureuse chronique du Dr Vitaux: http://www.canalacademie.com/Orgue-et-gastronomie-L-art-d.html

Secrets of the Vatican

Bernard Lecomte,former journalist with the influential catholic daily newspaper La Croix, author of a well regarded biography of Pope Jean-Paul II has just published an interesting book : »Les secrets du Vatican »(Perrin 2009).Lecomte is a fine connoisseur of Vatican intrigue and whispered secrets.

Starting with Pope Benedict XV’s desire to have the papacy regain a role in international affairs and ending with Pope Benedict XVI,the former Panzerkardinal, the author highlights « secrets » from the reigns of each of these eight popes. Conspiracy buffs will delight in reading why the Holy See has no interest in proving the authenticity of the Shroud of Turin but will be disappointed by the revelation of the Third Secret of Fatima, by Lecomte’s explanation of Pope John Paul I’s death ,by his views on the Roberto Calvi affair ( Msgr Marcinkus was not dishonest, merely stupefyingly incompetent in financial matters  and Calvi was likely in the clutches of the Cosa Nostra) and by his belief that the Bulgarian connection in the case of Ali Agça’s attempted assassination of John Paul II is a figment of conspiracy theorists’ imagination.

Students of parliamentary procedure will appreciate how John XXIII and the Congregation for the Doctrine of the Faith battled for control of the committees (and their agendas!) for the preparation of Vatican II, how in the discussions within the all-important Theology Committee the high prelates pushing for the adoption of dogmatic-legalistic view of the Doctrine tried to thwart the biblico-pastoral views of the majority and how ,in fine,the Pope’s discovery of his terminal illness decided him to boldly go where no Pope had gone before in his famous opening speech Gaudet mater ecclesia.

Students of politics will delight in the description of the relationship between Mussolini and Pius XI that resulted in the Lateran Accords granting the independent legal status to Vatican City, in how John Paul II’ s political skills ( and accurate intelligence) allowed him to box in Jaruleski  in the matter of Walesa’s Solidarnórsć having correctly anticipated Gorbatchev’s reactions and will truly appreciate the beauty of John Paul II’s move to neutralize the Opus Dei by canonizing its founder José Maria Escriva de Balaguer in 2002.

That being said what struck me most is what the stories told by the author showed without expressly making the point: how at various critical junctures in history one finds men on the front lines of history and one finds those same men later ascending to the throne of Saint Peter.

For Benedict XV the Russian revolution presented an opportunity. For him, the elimination of the tsars, historical supporters of the Orthodox Church meant that there was an opening to help the Russian Catholics. To help him accomplish his goals of helping Russian Catholics and of restoring the papacy’s role in international affairs, Benedict XV relied on two nuncios Achille Ratti ( Pius XI) in Poland and Eugenio Pacelli (Pius XII) in Berlin. The new Soviet regime was anxious to gain recognition and Benedict XV hoped to dangle the recognition card to secure the future of Catholics in the new Soviet State.

Benedict XV died and on February 6, 1922 Achille Ratti is elected as his successor taking the name Pius XI.In 1924, Pius XI continues the strategy of Benedict XV and sends Nuncio Pacelli, the future Pius XII, to negotiate secretly with Lenin and in 1925 Pius XI secretly reestablishes a catholic hierarchy in the USSR asking Nuncio Pacelli  to secretly ordain 46-year old Jesuit Michel d’Herbigny as a bishop for all the USSR at a secret ceremony in Berlin.

Of all the recent popes none has been more controversial than the erstwhile nuncio to Berlin, Eugenio Pacelli elected in 1939 as Pius XII,following Pius XI « who could see clearly and far » .Pius XI  had the courage to promulgate  encyclicals  condemning the « Action française » (1926),fascism (« Non abbiamo bisogno« 1931 ) ,Nazism (« Mit brennender Sorge » 1937),and communism ( « Divini Redemptoris » 1937).

Pius XII came from a long line of people close to the Holy See: his grandfather founded the Osservatore Romano and his father as dean of the Holy See lawyers negotiated the Lateran Accords. Pius XII was himself an experienced negotiator of concordats (Serbia 1914, Baveria 1924, Prussia 1929, Baden 1929) who after 12 years as nuncio to Berlin thought he could get to some form of concordat with Hitler.

The legalistic training of Pius XII is, according to Lecomte, the reason underlying Pius XII’s silence on the death camps.Lecomte recounts how UK ambassador Osborne gave a complete dossier on the death camps to Msgr Tardini on December 18, 1942 with the message that the UK and US governments suggest the Pope should use it for his Christmas message to the world. Pius XII refused to take sides not wanting to provoke Hitler any further and believed that he, like a judge, had a duty of reserve. Yet, he was not afraid to use the Church’s buildings throughout Rome to shelter the some 5000 Roman Jews threatened by the Nazis.

The infamous Finaly affair-Jewish child baptized as toddler to protect against Nazi extermination kidnapped by nuns to prevent return to natural Jewish parents and relapse into Judaism- saw the nuncio to Paris Angelo Roncalli ,the future John XXIII siding with the errant nuns while the Pope’s assistant Montini ,the future Paul VI tried to find a negotiated solution.

Similarly, the influence of those titans of the Church can be discerned in the experiment with worker-priests in France. None other than Karol Wojtyla, the future John Paul II, visits Marseille in 1947 to study the experiment of Father Loew: to regain traction with the proletariat more and more taken by the Marxist gospel, priests were sent to work as ordinary factory workers without cassock and collar. The future Paul VI approves the publication of an Italian translation of father Loew’s book on the worker-priests experiment.

The very same Paul VI wrestled in 1968 with the problem of contraceptive pills for Catholics. In 1930, Pius XI had authorized the natural Ogino method in Casti Connubii.The issue was whether a chemical method should be approved by the Church. Paul VI appointed a blue-ribbon panel of experts,theologians,medical researchers and –innovation-two catholic couples .The panel recommended the approval of the Pill, no doubt in part influenced by the Canadian wife, Colette Poitvin, who asked the panel’s theologians whether they thought God was more likely to ask a woman « did you love » or « did you take your temperature » ?Yet Paul VI hesitated and was finally swayed by the up-and-coming bishop of Kracow he quickly promoted to cardinal, Karol Wojtyla who had written a book “Love and Responsibility” on the meaning of Christian love. And so Paul VI went against his experts’ advice and issued Humanae vitae condemning the Pill.

Scandalmongers will no doubt be disappointed by Lecomte’s book but historians will be grateful for his lifting the veil of secrecy over many temporal/spiritual issues that confronted those eight most recent Popes.

In vino sanitas: the French paradox

The French are known to enjoy wine and to eat a rich diet featuring such delicacies as foie gras, sweetbread or kidneys.Yet, on average, the French have a lower incidence of cardiovascular disease than teetotalers: this is what medical researchers call the French paradox explained by the red wine consumption of the French. For a number of years, it has been known that the molecule responsible for the French paradox is resveratrol, a naturally occurring molecule in wine which acts as an anti-oxidant[1].Resveratrol was isolated in 1940 by Professor Tokoaka in white hellebore, showing how good an intuition La Fontaine had when his rabbit suggested to the tortoise that it should eat some white hellebore to restore its sanity put in question by the tortoise’s challenge to the rabbit to a foot race!

Researchers from the University of the Basque Country have now shown yet another benefit of resveratrol by demonstrating its beneficial action in the reduction of fat accumulation in the liver for reasons other than alcoholism[2] .It was known that the consumption of red wine reduces the risk of lung cancer[3],protect the prostate (those who drink 4-7 glasses of red wine per week have half the risk of prostate cancer of non-drinkers)[4],and, at least for men ( a way of thanking Noah for having planted a vineyard[5]?),can add 5 years to the life expectancy[6] (half a glass a day versus no drinking at all).According to researchers from the Yale School  of Public Health, patients with non-Hodgkin’s lymphoma who drink wine have have a better survival rate after 5 years than non-drinkers, that those patients who have been drinking wine for at least 25 years before being diagnosed have  25-35%less risk of relapse, death or development of secondary cancer than non-drinkers 5 years after and that if the cancer is a B-cell lymphoma the risk difference is 60%[7].A recent  study carried out at the Cornell School of Medicine shows that this splendid molecule greatly reduces the formation of plaques, thought to be responsible for Alzheimer’s, in the brains of the tested animals[8].The action on plaques might be due to the chelation of copper. According to Professor Greenberger, Head of the Radiation Oncology Department of the Scholl of Medicine at the University of Pittsburgh, resveratrol in acetylated form may offer protection against radiation exposure[9].

Last, but not least, a study of food consumption patterns of wine and beer drinkers in Danemark,France and the United States, published in the British Medical Journal [10]in 2006 shows that wine drinkers have better dietary habits than beer drinkers. Wine drinkers eat more fruits, vegetables, olives (for extra dry martinis?), white meat and use less fat in cooking than beer drinkers. Beer drinkers buy more prepared foods, chips, cold cuts, sausages, butter and margarine and soft drinks!

Resveratrol laudamus te!


[1] Some think the molecule’s action is due to the activation of the Sirtuin 1 gene: Lagouge M, Argmann C, Gerhart-Hines Z, et al (December 2006). « Resveratrol improves mitochondrial function and protects against metabolic disease by activating SIRT1 and PGC-1α« . Cell 127 (6): 1109–22.

[2] Basque Research (2009, May 13). Two Glasses Of Wine A Day Helps To Reduce Quantity Of Fat In Liver. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/05/090512111157.htm. Ms Elizabeth Hijona Muruamendiaraz  experimented on mice suffering from non-alcoholic hepatic esteatosis.For additional references on the beneficial action of resveratrol on liver fonctions :cf. University of California, San Diego Health Sciences (2008, May 22). Daily Glass Of Wine Could Improve Liver Health. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/05/080520162239.htm

[3] American Association for Cancer Research (2008, October 7). Red Wine May Lower Lung Cancer Risk. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/10/081007073922.htm

[4] Harvard Men’s Health Watch (2007, May 26). Red Wine Protects The Prostate, Research Suggests. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com/releases/2007/05/070525215203.htm ; University of Alabama at Birmingham (2007, September 1). Red Wine Compound Shown To Prevent Prostate Cancer. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2007/08/070831131320.htm

[5] Gen.9:20

[6] BMJ-British Medical Journal (2009, April 30). Half A Glass Of Wine A Day May Boost Life Expectancy By Five Years. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090429205609.htm

[6] American Association for Cancer Research (2009, April 24). Drinking Wine May Increase Survival Among Non-Hodgkin’s Lymphoma Patients. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090421154322.htm

[7] BMJ-British Medical Journal (2009, April 30). Half A Glass Of Wine A Day May Boost Life Expectancy By Five Years. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090429205609.htm

[7] American Association for Cancer Research (2009, April 24). Drinking Wine May Increase Survival Among Non-Hodgkin’s Lymphoma Patients. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090421154322.htm

[8] Karuppagounder SS, Pinto JT, Xu H, Chen HL, Beal MF, Gibson GE (November 2008). « Dietary supplementation with resveratrol reduces plaque pathology in a transgenic model of Alzheimer’s disease ». Neurochem Int. 54: 111.

[9] [9] University of Pittsburgh Schools of the Health Sciences (2008, September 24). Plant Antioxidant May Protect Against Radiation Exposure. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/09/080923181110.htm

[10] BMJ-British Medical Journal (2006, January 20). Wine Drinkers Have Healthier Diets Than Beer Drinkers. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2006/01/060119232848.htm

In vino sanitas :le paradoxe français

Le Français boit du vin et mange des aliments riches ,foie gras, ris de veau ,rognons etc., et cependant  souffre moins de maladies cardiaques que ceux qui ne boivent pas du tout :c’est ce que les médecins appellent le paradoxe français. La consommation de vin rouge par les Français en est l’explication. Depuis plusieurs années, il est reconnu que la molécule responsable du paradoxe français est le resvératrol .Cette molécule ,naturellement présente dans le vin, a des vertus anti-oxydantes bien établies[1]. Elle a été identifiée dès 1940  par le professeur  Takoaka dans l’hellébore blanche, comme quoi La Fontaine avait eu la bonne intuition !

Les chercheurs de l’Université du Pays Basque viennent d’allonger la liste des bienfaits du resvératrol en démontrant son action positive pour la réduction des accumulations de graisses dans le foie pour des raisons autres que l’alcoolisme[2].On savait déjà que la consommation de vin rouge réduit le risque de cancer du poumon[3],protège la prostate ( ceux qui boivent  4 à 7 verres de vin rouge par semaine ont la moitié moins de chance d’avoir un cancer de la prostate que ceux qui ne boivent pas du tout)[4],et, du moins pour les hommes (en remerciement à Noé pour avoir « planté les vignes »[5] ?) peut allonger l’espérance de vie de 5 ans ( un demi verre par jour par rapport à un régime sans alcool)[6] et que selon une étude de chercheurs de la Yale School of Public Health les patients buveurs de vin souffrant de lymphome de type non- Hodgkin  ont un bien meilleur taux de survie après 5 ans que ceux qui ne boivent pas  et que ceux qui ont bu du vin pendant au moins 25 ans avant le diagnostic ont un risque de rechute ,de décès ou de cancer secondaire réduit  de 25 et 35 %  et  réduit de 60% s’il s’agit de lymphome de cellules B[7].Une étude récente de la Faculté de Médecine de l’Université Cornell  démontre que cette magnifique molécule réduit considérablement la formation de ces plaques accusées de causer la maladie d’Alzheimer dans les cervaux des animaux testés[8].On peut supposer que c’est par une chélation du cuivre que le resvératrol agit sur les plaques.Cette molécule ,dans sa forme acétylée,selon le professeur Greenberger ,patron du service de Radiation Oncology de la Faculté de Médecine de l’Université de Pittsburgh, pourrait aussi offrir  une protection contre l’exposition aux radiations[9].

Une étude publiée[10] dans le British Medical Journal ,se basant sur des analyses de comportements de consommateurs au Danemark, aux Etats-Unis et en France ,montre que les buveurs de vin ont une alimentation plus saine que les buveurs de bière :ils mangent plus de fruits, de légumes, d’olives ( très utile pour la confection des martinis dry sans doute ?) de viande blanche et utilisent moins de graisses dans la cuisson alors que les buveurs de bière achètent des plats préparés, des pommes chips[11], des cochonailles, des saucisses, du beurre ,de la margarine et des sodas !

Resveratrol  laudamus te !


[1] Certains pensent que l’action de la molécule provient de l’activation du gène Sirtuin 1: Lagouge M, Argmann C, Gerhart-Hines Z, et al (December 2006). « Resveratrol improves mitochondrial function and protects against metabolic disease by activating SIRT1 and PGC-1α« . Cell 127 (6): 1109–22.

[2] Basque Research (2009, May 13). Two Glasses Of Wine A Day Helps To Reduce Quantity Of Fat In Liver. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/05/090512111157.htm.Les expériences de Melle Elizabeth Hijona Muruamendiaraz ont porté sur des souris souffrant d’estéatose hépatique non-alcoolique.Pour l’action bénéfique du vin rouge sur le foie cf. : University of California, San Diego Health Sciences (2008, May 22). Daily Glass Of Wine Could Improve Liver Health. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/05/080520162239.htm

[3] American Association for Cancer Research (2008, October 7). Red Wine May Lower Lung Cancer Risk. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/10/081007073922.htm

[4] Harvard Men’s Health Watch (2007, May 26). Red Wine Protects The Prostate, Research Suggests. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com/releases/2007/05/070525215203.htm ; University of Alabama at Birmingham (2007, September 1). Red Wine Compound Shown To Prevent Prostate Cancer. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2007/08/070831131320.htm

[5] Gen.9:20

[6] BMJ-British Medical Journal (2009, April 30). Half A Glass Of Wine A Day May Boost Life Expectancy By Five Years. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090429205609.htm

[7] American Association for Cancer Research (2009, April 24). Drinking Wine May Increase Survival Among Non-Hodgkin’s Lymphoma Patients. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2009/04/090421154322.htm

[8] Karuppagounder SS, Pinto JT, Xu H, Chen HL, Beal MF, Gibson GE (November 2008). « Dietary supplementation with resveratrol reduces plaque pathology in a transgenic model of Alzheimer’s disease ». Neurochem Int. 54: 111.

[9] University of Pittsburgh Schools of the Health Sciences (2008, September 24). Plant Antioxidant May Protect Against Radiation Exposure. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2008/09/080923181110.htm

[10] BMJ-British Medical Journal (2006, January 20). Wine Drinkers Have Healthier Diets Than Beer Drinkers. ScienceDaily. Retrieved May 13, 2009, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2006/01/060119232848.htm

[11] Le mot figure bien dans le Larousse !

Le bon usage:pallier

Maurin Picard ,commentant la décision de l’Egypte de relancer son projet de construction d’un réacteur nucléaire civil, écrit : » l’Égypte envisage à nouveau de construire sa première centrale nucléaire pour pallier à ses besoins énergétiques » ( Le Figaro 8 mai 2009 « Nucléaire : un rapport de l’AIEA met en cause l’Égypte »).

L’emploi du verbe pallier est ici une double faute.Ce verbe a plusieurs sens:(a) il signifie « dissimuler ,faire excuser un défaut ou une faute en présentant sous un jour favorable« .C’est dans ce sens que Simone de Beauvoir écrit: » Il partait dans la vie les mains vides, et méprisait les biens qui s’acquièrent. Pour pallier cette indigence, il ne lui restait qu’une issue: paraître « ( Mémoires d’une. jeune. fille, 1958, p.36) (b) en médecine,il signifie « atténuer le mal sans guérir « .C’est ainsi que l’utilisait Cocteau : »Jadis je palliais la fréquence de ces crises par l’opium « ( Difficulté d’être,1947 p.237.Le verbe ,au figuré ,a pris le sens de « atténuer,remédier à un inconvenient ou une situation facheuse en apparence ou provisoirement,et,par extension,remédier à quelque chose« .Le verbe nous vient du bas latin palliare =proprement couvrir d’un manteau d’où le sens de « cacher ».

La première faute est une faute de sens :l’auteur a voulu dire que l’Egypte envisageait de construire une centrale pour subvenir à ses besoins d’énergie non pas pour « dissimuler un défaut » ou pour « remédier à » ses besoins énergétiques. L’auteur aurait dû écrire « pour subvenir à ses besoins énergétiques ».

Même si  le verbe pallier avait été utilisé dans le bon sens,l’auteur a commis  une deuxième faute,de syntaxe cette fois.Il a écrit « pallier à« .Le verbe est transitif.Comme les citations de Cocteau ou de Simone de Beauvoir le montrent, on pallie quelque chose et non pas à quelque chose.M.Picard aurait dû écrire: »pour pallier son manque d’énergie ».

La quinte musicale par Ionel Petroi

Après nous avoir éclairé sur la tierce majeure ou mineure,le compositeur-pianiste Ionel Petroi décode les mystères de la quinte en musique :

« Pour ceux qui ont lu l’article sur la « tierce », la « quinte » n’est qu’une suite sur « l’intervalle musical ».

Tout intervalle en musique est la distance entre deux notes. Ces deux notes peuvent être jouées séparément ou ensemble.

Si la « tierce » est la distance de trois notes, la « quinte » est la distance de cinq notes.

La « tierce » est la « quinte » sont la base de la musique classique (d’un accord majeur ou mineur).

L’exemple musical de cette « quinte » est le début du poème symphonique « Ainsi parlait Zarathoustra » du compositeur Richard Strauss. Cette musique est très connu aujourd’hui grâce au film « L’Odyssée de l’espace » de Stanley Kubrick.

Je suggère aux lecteurs de cet article d’écouter le poème symphonique « Ainsi parlait Zarathoustra ».

Nous avons trois type de quinte : juste, diminuée est augmentée.

Le début du poème symphonique « Ainsi parlait Zarathoustra » commence par une « quinte juste» (les deux notes sont DO et SOL).

La  « quinte diminuée » et « quinte augmentée »  se trouvent plus souvent dans la musique du 20ème siècle.

Au-delà de cette explication musicale, la quinte juste, diminuée ou augmentée provoque en nous des sentiments très différents.

La « quinte parfaite » peut nous rendre gai ou triste (ça dépend de si elle se trouve dans dans un accord majeur ou mineur).

La « quinte diminuée » peut nous rendre inquiet (avec une tierce mineure dans un accord diminué) !

La « quinte augmentée » peut nous rendre très instable (avec une tierce majeure dans un accord augmenté) !

Cette quinte est donc bien une quinte relative ! »

New York, le 5 Mai 2009-Ionel Petroi,Compositeur-Pianiste

L’obsédante préoccupation du faux chez Giorgio de Chirico

L’exposition Giorgio di Chirico au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris donne l’occasion de passer en revue la carrière si contrasté de ce peintre :adulé pour sa première période (1910-1920) et vilipendé pour sa seconde. Notant « l’obsédante préoccupation du faux » du peintre, Thibault de Ravel d’Esclapon analyse les trois grands procès que Chirico intenta contre des collectionneurs au motif que les tableaux en question n’étaient pas de sa main, et parfois quand bien même ils l’étaient!

Of Loos and Language

Interested in the differences between American and British usage? If yes ,then do read Roger Cohen‘s delightful piece « Of Loos and Language ».Several years ago, Lynn Truss, the former host of the BBC Radio 4’s Cutting a Dash programme published an equally delightful book:Eats, Shoots & Leaves: The Zero Tolerance Approach to Punctuation whose title derives from a well known amphibology :

 » A panda walks into a café. He orders a sandwich, eats it, then draws a gun and proceeds to fire it at the other patrons.

‘Why?’ asks the confused, surviving waiter amidst the carnage, as the panda makes towards the exit. The panda produces a badly punctuated wildlife manual and tosses it over his shoulder.

‘Well, I’m a panda’, he says, at the door. ‘Look it up.’

The waiter turns to the relevant entry in the manual and, sure enough, finds an explanation. ‘Panda. Large black-and-white bear-like mammal, native to China. Eats, shoots and leaves. »

Surely,Mrs Truss and Mr. Cohen are as aghast as I am at the American propensity to use « that » to refer to persons and to render obsolete the difference between « that » and « which » .As language is a symbolic way to express oneself, how can one express oneself correctly without correct use of the symbols? A mathematician misusing symbols is hardly likely to come to the right result.

Music Quiz

Check out the Music page for a music quiz showing the transnational character of popular music.

Les mots français en anglais French words in English

Si nous luttons sans répit contre l’envahissement des anglicismes dans notre langue,reconnaissons aussi avec le professeur David Gaillardon que nombre de mots français sont couramment utilisés en anglais tels que femme fatale,voyeur,bidet,ménage à trois.

While we fight ceaselessly against the invasion of English words in French,let us explore  with Professor  David Gaillardon the number of French words that are used in English such as femme fatale,voyeur,bidet,ménage à trois.

Chiens et crocodiles

Si savoir pourquoi tant d’expressions utilisent le mot chien (en chien de fusil,chiens de faïence..) ou le mot crocodile vous intéresse écoutez l’émission du professeur Jean Pruvost sur Canal Académie.

Le bon usage: »fair », « challenge » et autres anglicismes

De retour d’une réunion du Cercle des Cadres Expatriés, Philippe O’Logue signale à notre attention deux mots, »fair » et « challenge » sur le bon usage desquels il souhaite avoir des éclaircissements ainsi que plusieurs « perles » attribuables à l’inattention des locuteurs.

« Fair »

L’emploi de ce mot dans cette phrase: « Ce n’est pas « fair » de refuser l’usage de la liste d’adresse … » est incorrect. Le mot « fair » n’existe pas en français. A la place, il faut dire soit « juste » ou encore « équitable ». En effet, par contraste, l’expression « You are unfair » se traduit bien par « Vous êtes injuste ». Mais, objecterons certains, n’employons nous pas en français l’expression « fair play » alors pourquoi pas « fair »? L’Académie française n’a pas voulu mettre cette expression dans son dictionnaire car, selon le Trésor de la langue française, il s’agit d’un anglicisme « mal assimilé dans notre langue ». Alors, a fortiori, le mot « fair » seul doit être banni!

« Challenge »

Lorsqu’un intervenant dit « déterminer la rentabilité des entreprises post crisis est un vrai challenge« , on sait que « post crisis » est tout simplement un anglicisme plus élégamment remplacé par  » à l’issue de la crise » en français mais qu’en est-il du mot « challenge »? Ce mot existe bien en français mais pas dans le sens de la phrase. En français moderne un « challenge » selon le Trésor de la langue française est une   » Épreuve périodique entre deux sportifs ou deux équipes pour la conquête d’un titre ou d’un trophée (coupe, statue, etc.) que le vainqueur garde en dépôt, puis cède au vainqueur d’une nouvelle épreuve. Lancer, gagner un challenge; faire disputer un challenge. ».Le sens sportif du mot nous vient de l’anglais : vers 1380 le mot anglais « challenge », emprunté au vieux français, avait pris le sens de « défi dans un combat ». En ancien français, le mot « chalongier » ou « chalengier » signifiait « chicane, attaque, défi » (XIIe s.).Le mot provenait  du latin classique calumnia terme juridique « accusation fausse, chicane » formé sur le participe du verbe « caluor » = »chicaner, tromper » puis « réclamation, accusation, litige » en latin médiéval.

Ainsi, pour être correct, il convient d’employer le mot « défi » pour traduire « challenge » sauf si le contexte sportif permet l’emploi du mot « challenge ».

Autres perles

On ne dit pas « on n’est pas « flooded »  » mais « on n’est pas inondé », « on demandera aux participants de « clearer »  » mais  » d’approuver », « le stimulus package » mais « le plan de relance », « un backlash politique » mais « un retour de manivelle » ou « une réaction négative », « on peut se retrouver avec les « sovereign funds  » comme actionnaires » mais  » avec les fonds souverains », « comprendre ce qui est operating  et non-operating » mais  » ce qui ressort ou non du résultat d’exploitation ».

François Guizot (1787-1874)

Canal Académie nous propose une émission sur François Guizot par l’historien Laurent Theis ,auteur d’une biographie de Guizot .Dans cette émission ,il fait ressortir les trois passions , l’enseignement, l’histoire et la religion,d’un homme ayant vécu de la Révolution à la Troisième République et qui  était membre de trois académies : française, des inscriptions et belles-lettres, des sciences morales et politiques.Pour écouter cette émission cliquez sur le lien: http://www.canalacademie.com/Francois-Guizot.html

Le bon usage: « trilliards » « trillions » et autres anglicismes

Récemment, mon ami Philippe O’Logue assistait à une réunion du Cercle des Cadres Expatriés, tenue, me disait-il, comme à l’accoutumée dans un grand restaurant de New York. Franco-américain, vivant dans un milieu anglophone, Phil a toujours veillé à ne pas mélanger les deux langues. Contrarié par ce qu’il décelait être soit des fautes de français soit tout simplement des anglicismes résultant de la paresse des locuteurs, il m’a soumis une liste de « perles » pour commentaires.

Trilliards

La crise actuelle nous oblige à jongler avec des sommes défiant l’entendement. Plusieurs intervenants, pour signifier « mille milliards » soit « trillion » au sens américain (trillion=1000 billions) ont utilisé le vocable  » trilliard ».Est-ce une faute? Oui sans doute aucun: le mot n’existe pas dans notre langue dans ce sens. Face à une difficulté linguistique, ces intervenants ont crée un néologisme par  emprunt  et dérivation provenant de l’anglais: pour calquer la progression américaine de « million «  à « billion » et à « trillion », ils ont allègrement progressé de « million » et « milliard » à « trilliard ».Notons que le mot « billion » pour signifier « milliard » est parfaitement accepté selon Le Trésor de la langue française .

L’usage du  mot « trillion » pour  signifier « mille milliards » a été également relevé, en particulier dans la bouche d’un expert financier français. Malheureusement, cet emploi n’est plus permis depuis 1948.Auparavant, quoique vieilli, le sens de « trillion » était « mille milliards« . Ainsi, le Capitaine Haddock dans Le Trésor de Rackham le Rouge aurait fort bien pu s’exclamer « un trillion de sabords » au lieu de  » mille millions de mille sabords » mais l’effet n’eût pas été le même! Cependant, depuis la IXe Conférence générale des Poids et Mesures, réunie à Paris en 1948, le mot « trillion » pour les pays européens doit être utilisé dans le sens de  » un milliard de milliards «  soit  10 puissance 18.C’est la définition reprise par Le Robert.Il faut donc employer l’expression « mille milliards » pour traduire le « trillion » américain. On est donc en droit de se poser la question lorsqu’un journal, ou un locuteur, francophone utilise le mot  » trillion «  du sens voulu par l’auteur ou par le locuteur. Ceci est d’autant plus vrai que selon la même Conférence le mot « trilliard« ,certes d’un usage rare, doit signifier une quantité égale à 10 puissance 21 soit « mille millards de milliards »!Dans la même échelle,adoptée par le Royaume-Uni,le mot « billion » réfère à une quantité égale à 10 puissance 12 soit égale au « trillion  » américain. Une autre illustration de l’observation de G.B.Shaw : »England and America are two countries separated by a common language. »

Dans les vicissitudes de la crise, nous ne pouvons qu’être soulagés que les « trillions »  engloutis pour la rescousse de certaines sociétés n’aient pas eu le sens du Robert!

Compensation et rémunération

Phil nota qu’un intervenant, explicant comment la crise touchait les cabinets d’avocats, déclara que « la compensation des associés » avait subi une diminution. Il ne faut pas confondre « compensation » en anglais qui signifie « rémunération » et « compensation » en français qui veut dire  » rétablir l’équilibre entre deux choses complémentaires ou antagoniste » ou, en droit et en finance, « annulation réciproque de créances, jusqu’a concurrence de la plus faible, lorsque les deux personnes sont respectivement débitrices et créancières l’une de l’autre ».

Autres « perles »

Phil nota quelques expressions qui, selon lui (et selon moi) relevaient de la paresse: « ma société termine l’année flat », « on a vu un shift », « nous vendons des produits qui ne sont pas inexpensive » ou encore, ô comble, « mon core business était down ».Il y a de quoi rester pantois devant un tel  laisser-aller qui témoigne d’une imprécision croissante de la langue, voire de la pensée. Ceci est d’autant plus regrettable que l’éminence du français comme langue diplomatique et culturelle provenait de la précision de l’expression que l’on pouvait attendre d’elle.

islamIslam needs to prove it’s a religion of peace

The editorial by Tawfik Hamid in the Wall Street Journal deserves serious consideration for the questions it raises.Like Mr Hamid one cannot help but be disappointed by the British denial of an entry visa to Mr Geert Wilders,the member of the Dutch parliament whose film « Fitna » caused an uproar in circles where criticism of Islam is not regarded as politically correct.This uproar reminds me of that met by Sylvain Gouguenheim ,the highly respected professor of medieval history at Ecole Normale superieure -Lyon,for his book  « Aristote au Mont Saint Michel.Les racines grecques de l’Europe chretienne » a remarkable piece of scholarship .

Interested readers will find much to think about in Christoph Luxenberg’s The Syro-Aramaic Reading Of The Koran: a contribution to the decoding of the language of the Qur’an (2007).Luxenberg,a German philologist specializing in semitic languages took to writing under a pseudonym because he was afraid of suffering from the same fate as Suleiman Bashear a scholar at Al-Nadja University in Nablus who was thrown out of a window by Muslim extremists for professing the same theories as Professor Luxenberg.

Similarly,Hellenism in Byzantium (2008) by Anthony Kaldellis  ,Dimitri Gutas’Greek Wisdom Literature in Arabic Translation (1975 ) and Hellenic Philosophy:Origin and Character (2006) by Christos Evangeliou,are « musts ».

Chronique d’un pharaon en justice : dernier acte pour Sésostris III

Pour comprendre les  difficultés de provenance et d’authenticité que peuvent rencontrer les collectionneurs, particulièrement lorsqu’il s’agit d’œuvres de la Haute Egypte lisez :Thibault de Ravel d’Esclapon

Messiaen

Canal Académie vient de mettre en ligne une excellente émission de Michel Fischer ,organiste et professeur de musicologie à l’Université de Paris -Sorbonne, sur ce géant de la musique du XXeme siècle qu’est Olivier Messiaen.Que tous les amateurs de musique se le disent:à consulter absolument: http://www.canalacademie.com/Messiaen-amoureux-d-orgue.html

La Sonnambula

Tonight’s opening performance of that tuneful Bellini 1831opera calls for many kudos and a few criticisms.

The voices:

Natalie Dessay as Amina-simply gorgeous in singing and acting .She rendered ever so beautifully the haunting qualities of the sleepwalking scenes ( one can only regret the niekulturnyii applause before she could finish one of her arias) .Her performance as Amina  was, if anything, better than in La Fille du regiment.

Juan Diego Flores as Elvino, was simply monumental. He does remind one of such great tenors as Beniamino Gigli and Nicolai Gedda.

Jennifer Black as Lisa was quite competent, and for a relative newcomer -a graduate of the Lindemann Young Artist Development Program-she deftly avoided the trap of wanting to impress the audience and, as a result, forcing her voice. Her performance was solid throughout .We can only look forward to hearing more of her as she develops.

Michele Pertusi, the Italian bass, as Count Rodolfo was excellent in the role, both in his singing and in his acting .Aficionados will recall him as Leporello, Raimondo or Count Almaviva for his Met debut in 1997.

The conducting:

Evelino Pido conducted with crispness and suppleness, melding the voices and the orchestra into a most pleasing whole. Don’t you cringe when a singer sings softly a beautiful aria and the conductor drowns it out by not controlling the volume of the orchestra? Here again, we could only regret the ill-timed applause that ,on two occasions, started before the orchestra had finished the last bars, an all too frequent phenomenon at the Met where the audience seems inordinately fond of interrupting the performance with applause. No wonder many music lovers prefer Carnegie Hall where such behavior is almost unheard of.

The staging

Set in modern day Switzerland with modern day costumes could take aback some. We did overhear some comments to that effect. I rather liked the effect of modern costumes: somehow it did seem to fit quite well with the Bellini score and the Romani libretto.

Yet, in spite of all the marvelous performances, I feel sad, disappointed and not a little miffed by the staging of last scene, the wedding scene. That scene follows on the heels of the last episode of sleepwalking done with a sparse set, few protagonists, superb lighting and extraordinary singing by Dessay and Flores. The wedding scene with singers now decked in costumes purporting to be traditional Swiss costumes after the entire opera was done in modern day clothing has a jarring effect that breaks the mood set by the rest of the opera and, especially, the preceding scene. To add insult to injury, the costumes do not even look Swiss: rather, they look like they are Macedonian or, perhaps out of Tintin’s The Scepter of Ottokar.

New York March 2,2009

L’imitation est la forme la plus sincère de la flatterie

Qui  mieux que Thierry le Luron pour illustrer cette maxime:

Son imitation de Dalida,cf.la rubrique musique pour Bambino par exemple,est remarquable.

Légion étrangère

For my friend Ullrich who,as a German believed in a certain idea of France and acted upon it by enlisting in the French Foreign Legion,I post this UTube clip ( just click on the arrow in the image) that will bring back memories for him.

Stipendier

Voir: Pierre F.de Ravel d’Esclapon

Blog Cuisine by Marie-Eve

Recettes et idees dans une belle presentation: http://iamthereforeicook.blogspot.com/feeds/posts/default

Interesting recipes engagingly presented

Eradiquer et Eradicate

If you yearn to learn the difference between « eradiquer » and « eradicate » read Pierre F. de Ravel d’Esclapon

Realiser et realize

Pierre F.de Ravel d’Esclapon


Liszt:Grand Galop chromatique

One of the more show-off compositions of Liszt.Here are several versions,some by Cziffra at different times.

Une des pièces de Liszt permettant de montrer la virtuosité  de l’interprète même si la qualité musicale de la composition peut être débattue.A vous de juger entre les versions de Cziffra,celle de Bolet ou celle de Fiorentino vous preferez:

Casta Diva:Rosa Ponselle,Maria Callas,Monserrat Caballe,Joan Sutherland

Rosa Ponselle dominated the Met in the 20’s and early 30’s.Her rendition of Casta Diva is remarkable,along with those of Maria Callas Joan Sutherland and Montserrat Caballe:

Bell Song:Lily Pons et Natalie Dessay

Marvellous Lily,one of the very few coloratura assoluta.Cognoscenti should buy the Sony Classical 2-CD set : one gets goose bumps listening to her.

Superbe Lily dont la voix nous charme encore et toujours,les amateurs pourront se procurer le disque de Sony Classical.

Pour comparaison voici Natalie Dessay:

Mistingett et Piaf

Oui je l’ai dans la peau:

The great Mistinguett,who at the height of her fame was the most famous chanteuse in France.She was eclipsed by Edith Piaf whose early songs show her imitating Mistinguett’s singing style la goualante

Josephine Baker au Casino de Paris

Une bien belle balle de caoutchouc   a lovely « rubber ball »