Les trous noirs auraient-ils un cœur?


Les trous noirs,  objets célestes ô combien mystérieux puisque les lois physiques n’ont plus de sens en leur intérieur, auraient-ils un cœur, un pouls?

Un doctorant de Harvard, Joey Nielsen et ses collègues, ont étudié les émissions de rayons X du trou noir GRS1915+105.Celui-ci se trouve dans la Voie Lactée et dispose d’une étoile comme compagnon  et garde-manger dans lequel il puise son alimentation en gaz et particules.

En combinant les observations de ce trou noir faites par deux satellites, Chandra et Rossi (RXTE), Nielsen et son équipe ont découvert que le trou noir émet des pulsations en rayons X toutes les 50 secondes variant en intensité d’un facteur de 1 à 3.Il se trouve que ce rythme, quoiqu’un peu plus lent, ressemble fort au rythme cardiaque tel qu’il apparait sur les électrocardiogrammes de cœurs humains! De là, Nielsen et son directeur de thèse, le professeur Julia Lee, ont pu mesurer le montant de matière absorbé puis rejeté par le trou noir à chaque battement.

Pour plus amples détails : Chandra X-ray Center (2011, January 14). Taking the pulse of a black hole system. ScienceDaily. Retrieved January 14, 2011, from http://www.sciencedaily.com­ /releases/2011/01/110112175523.htm

L’élection qui gêne l’UMP

Tel est le titre d’un récent article paru dans L’Express sur lequel une aimable lectrice a bien voulu attirer notre attention.

Au moment où les Français de l’Est des Etats-Unis s’apprêtent à voter, la lecture de cet article –cliquez ici pour le lire—incite à la réflexion.

Bilingualism: boon or bane?

In this weekend’s New York Times Magazine, Guy Deutscher, author of « Through the Language Glass: Why the World Looks Different in Other Languages », reviewed the current state of research to answer the question: » Does your Language Shape How You Think? » Mr.Deutscher gives interesting examples showing that language does indeed compel the speakers to express thoughts in a particular way or to provide the listener with certain information, whether about the gender as in French or German as opposed to English or about how the speaker came to know the facts they are reporting as for the Matses in Peru. Click here to read the article.

As the first bilingual French-English charter school in New York City, the New York French American Charter School, will open in September ,2010 we may well ask, following Mr. Deutscher’s inquiries, whether bilingualism shapes how the speakers think, whether there are any benefits, aside from the obvious cultural ones, to learning another language from the earliest age? Wouldn’t such bilingualism overtax the abilities of some children and render them less proficient in both languages? To answer some of the questions one may have about bilingualism, I did a cursory ,and wholly unscientific, survey of the literature in the last 3 years and share here what caught my attention.

What are the benefits of an early bilingual education?

According to studies of kindergartners done at Harvard by Prof.Silverman[1] pupils who speak another language at home and who learn English as a second language acquire a general vocabulary in English at a faster rate than English-only pupils of the same age.

Early bilinguals are able to learn another language faster than monolinguals and are better able to learn new words in their own language as shown by Viorica Marian and Margarita Kaushanskaya, professors of communication science at Northwestern University[2].

Professors Marian and Kaushanskaya’s research also answers a question many parents have when deciding whether to educate their children bilingually: will bilingual education confuse or slow down my child’s learning? In their article « Bilingualism reduces native-language interference during novel-word learning »[3], they show that bilinguals are better able than monolinguals to filter out « noise »-irrelevant information- when learning a new language.Accordingly, bilingual education from an early age helps rather than hinders a child’s development.

Parents may be wondering if it is worth going to the trouble of providing an early bilingual education to their offsprings if the child then loses the second language through lack of use. Recent research by Bristol University researchers[4] suggests that people who were exposed to another language when young not only relearn the forgotten language more rapidly but retain the ability to pronounce difficult sounds of the second language. They used Hindi and Zulu as second languages because these languages have phonemes –sound units- that are very difficult for native English speakers to recognize and reproduce. They found that the subject quickly relearnt to recognize and pronounce those foreign phonemes. We have all observed cases of people who lost a language learnt as a child who, when relearning it as adults, are able to pronounce it like native speakers.

Monolingual education of children from homes where another language is spoken has another very real negative impact on the construction of the child’s identity, language learning and critical thinking development as Elena Constantinou, doctoral student at the University of Leicester showed in her June 24,2010 presentation « Exclusion of mother tongue problematises identity construction » at the Festival of Postgraduate Research of the University[5].

How early should bilingual education start?

The short answer is as early as possible, even during pregnancy! As shown by psychologists Krista Byers-Heinlein, and Janet Werker (University of British Columbia) and Tracey Burns of the OECD who studied mothers speaking both English and Tagalog during pregnancy[6] and mothers who spoke only English, monolingual babies were only interested in English whereas bilingual babies showed no preference for one language or the other suggesting that those infants have a predisposition for bilingual learning.

Their research showed also that infants are able to discriminate between the two languages and to keep them apart. This research extends the earliest age at which infants can tell apart two languages. A previous study showed that 4- and 6-month-old infants can discriminate languages (English from French) just from viewing silently presented articulations. By the age of 8 months, only bilingual (French-English) infants succeed at this task.[7]

Bilingualism’s impact on brain structure and use of brain resources

« Can early language exposure modify neural tissue? Does extensive and maintained exposure to two languages from early life leave a « bilingual signature » on the human brain? How do bilinguals avoid confusing their two languages as they rapidly process their languages and /or move from one language context to another? Do early proficient bilinguals process language differently from monolinguals and recruit different neural tissue across all contexts, including one language at a time and two languages in rapid alternation?[8] Or do such bilinguals process language similarly to monolinguals and recruit similar neural tissue but not across all contexts?[9] » These are the questions that Professor Ioulia Kovelman and her co-workers set out to answer using novel neuro-imaging techniques[10].Her conclusions are well worth quoting in full:

« Early and extensive dual language exposure appears to have an impact on how the bilingual brain processes language within classical language areas (IFC, BA) as well as brain areas that support language processing (DLPFC, BA46/9 and IFC BA 47/11).The overall implication is that this neural change is entirely positive-bilinguals can read and listen to semantic information in each of their languages with the same effectiveness as monolinguals. The bilingual brain also develops mechanisms that allow for successful processing of two languages concurrently in a bilingual mode. We therefore hope that scientists, educators and bilingual policymakers, alike, will take notice of the present findings-especially those who decide on educational settings for the nation’s young bilinguals and whether early bilingual language learning as a child harms one’s dual language, reading, and cognitive processing as an adult. To be sure, we found no evidence of harm and instead found evidence that the bilingual brain processes each of the two languages with the aplomb of a monolingual brain processing one. »[11]

These results were confirmed in a study carried out by Professor Ibrahim of the Department of Learning Disabilities of Haifa University[12] who investigated whether one or both languages of an Arabic-Hebrew bilingual individual are disrupted following brain damage. In this case, his investigation led to the conclusion that the Arabic and Hebrew language capabilities of the patient resided in two different areas of the brain even though the two languages are semantically very close.[13]

Are there any benefits of bilingualism in adulthood?

Indubitably yes. Indeed, Alzheimer’s has been shown by Prof. Bialystok to be delayed by an average of four years in bilinguals versus monolinguals[14].Similarly, Dr.Gilit Kavé and her co-workers at the Herczeg Institute on Aging at Tel Aviv University have shown that senior citizens who speak several languages show less mental aging than monolinguals: the more languages you speak the better your cognitive states are when you get older. The study was conducted on people between the ages of 75 and 95.[15]

Last, but not least, according to a 2009 report by research team appointed by the European Commission entitled « The Contribution of Multilingualism to Creativity »[16], click here to read the Report, multilinguals show superior performance in handling complex and demanding problem-solving tasks, higher creativity and mental flexibility compared to monolinguals.

©2010 Pierre F. de Ravel d’Esclapon


[1]Elementary School Journal, 107(4), 365-383 (2007): Rebecca Deffes Silverman: »Vocabulary Development of English-Language and English-Only Learners in Kindergarten ».

[2] « The Bilingual Advantage in Novel Word Learning » (2009) Psychonomic Bulletin & Review,   16, 705-710.

[3] J Exp Psychol Learn Mem Cogn. 2009 May; 35(3):829-35.

[4] J.Bowers,S.Mattys and S.Gage « Preserved Implicit Knowledge of a Forgotten Childhood Language » Psychological Science 2009;20(9):1064

[5] http://www2.le.ac.uk/ebulletin/news/press-releases/2010-2019/2010/06/nparticle.2010-06-09.4016247525. While her research focused on children whose home language is the Cypriot dialect, her findings should apply to other communities as well.

[6] Byers-Heinlein, K., Burns, T.F., & Werker, J.F. ( 2010). « The roots of bilingualism in newborns ». Psychological Science, 21(3), 343-348,(2010) doi: 10.1177/0956797609360758

[7]« Visual Language Discrimination in Infancy » Whitney M. Weikum, Athena Vouloumanos, Jordi Navarra, Salvador Soto-Faraco, Núria Sebastián-Gallés, and Janet F. Werker Science 25 May 2007:Vol. 316. no. 5828, p. 1159 DOI: 10.1126/science.1137686.

[8] The neuroscientists refer to this as the Neural Signature Hypothesis

[9] This is the so-called Functional Switching Hypothesis.

[10] « Shining New Light on the Brain’s « Bilingual Signature »: a Functional Near Infrared Spectroscopy Investigation of Semantic Processing » I. Kovelman, M.H. Shalinsky, M.S.Berens and L.Petitto  Neuroimage 39(2008) 1457-1471.To read the article click here.Interested readers may also enjoy her other papers:« Age of first bilingual language exposure as a new window into bilingual reading development« Bilingualism: Language and Cognition 11 (2), 2008, 203–223 ; »Dual language use in sign-speech bimodal bilinguals: fNIRS brain-imaging evidence« Brain & Language 109 (2009) 112–123;L.Petitto « New Discoveries From the Bilingual Brain and Mind Across the Life Span: Implications for Education »MIND, BRAIN, AND EDUCATION vol.4

[11] Id.p.1468.

[12] « Selective deficit of second language: a case study of a brain-damaged Arabic-Hebrew bilingual patient » Behavioral and Brain Functions 2009, 5:17doi:10.1186/1744-9081-5-17

[13] Interested readers will benefit from studying the literature quoted in Professor Ibrahim’s footnotes.

[14] « Bilingualism as a protection against the onset of symptoms of dementia » Bialystok E., Craik F.I. & Freedman M. Neuropsychologia 45(7),2007 ,459-464

[15] Kavé, G., Eyal, N., Shorek, A., & Cohen-Mansfield, J. (2008). Multilingualism and cognitive state in the oldest old. Psychology and Aging, 23(1), 70-78.

[16] EC Public Service Contract No EACEA/2007/3995/2 16 July 2009

Temps des crises de Michel Serres

L’académicien Michel Serres, professeur à Stanford, vient de publier un nouveau livre,Temps des Crises, dont le sous-titre est : « Mais que révèle le séisme financier et boursier qui nous secoue aujourd’hui ? »

Canal Académie  nous propose d’écouter l’entretien de Michel Serres avec Jacques Paugam.

Dans celui-ci, le philosophe note que la proportion maintenant très réduite du nombre d’agriculteurs et des professions associées  (1,7% contre plus de 60% en 1900) à la fin du XXe siècle  marque la « la fin du néolithique ».

Il analyse ensuite les conséquences de la mobilité des personnes et des choses ainsi  que des progrès de la santé et de la révolution des pratiques médicales. Pour Michel Serres, les nouvelles technologies constituent sont aussi révolutionnaires que l’invention de l’écriture ou de l’imprimerie.

Pour lui, la crise financière doit être analysée comme la crise dans l’évolution d’une maladie, soit le point d’inflexion de la maladie où le malade meurt ou guérit. Pour lui, l’important n’est pas de revenir à l’état antérieur mais d’intégrer le nouvel état du malade dont l’organisme a lutté avec succès contre la maladie. Cette capacité d’adaptation est la définition même de la vie, « invention permanente de la nouveauté ».C’est ainsi nous suggère-t-il qu’il faut aborder la recherche de solutions aux crises économiques.

Cliquez ici pour l’écouter.

Êtes-vous Larousse ou Robert ?

Voici l’intéressante question que nous pose Sébastien Lapaque dans l’édition du 28 juillet 2010  du Figaro  que vous aurez plaisir à lire en cliquant ici.

Expatriés: votre accent vous rend-il moins crédible?

Selon les recherches effectuées par Boaz Keysar, professeur de psychologie à l’Université de Chicago et par le chercheur  Shiri Lev-Ari de la même université la réponse est affirmative aux Etats-Unis. C’est ce qui ressort de l’article qu’ils viennent de publier dans le denier numéro du Journal of Experimental Social Psychology [1]intitulé « Why Don’t We Believe Non-Native Speakers? The influence of Accent on Credibility »

Pour découvrir cette conséquence insidieuse de l’accent, ils ont fait lire le même texte par des locuteurs de langue maternelle anglaise et par des locuteurs dont l’anglais n’est pas la langue maternelle. Une des phrases utilisée était : »A giraffe can go without water longer than a camel can ».Bien que les américains évaluant la crédibilité des locuteurs aient été prévenus que l’information contenue dans la phrase ne reflétait par les connaissances personnelles des locuteurs, l’expérience a démontré que les américains évaluant la crédibilité des locuteurs ont estimé que plus l’accent était fort, moins le locuteur était crédible. Selon le professeur Keysar, plus l’accent est prononcé moins l’auditeur comprend et plus il a tendance à attribuer la difficulté de compréhension à un manque de crédibilité du locuteur.

Ne faut-il pas tirer des leçons de ces recherches pour la composition des jurys, au pénal comme au civil, en fonction de la sévérité de l’accent des témoins? L’appréciation de telles recherches ne devrait-elle pas faire partie de la formation des juges?

Il serait intéressant de savoir si les résultats obtenus par MM. Keysar et  Lev-Ari avec des évaluateurs américains seraient les mêmes si l’expérience était menée d’abord entre américains parlant avec un fort accent régional-un locuteur avec un fort accent du Tennessee ou de l’Alabama est-il perçu comme moins crédible par un auditeur du Maine et vice versa- et ensuite avec des personnes de langue française devant évaluer la crédibilité de locuteurs dont le français n’est pas la langue maternelle[2]. Selon les résultats, on peut envisager un vaste chantier de réflexion sur la façon dont les  sociétés perçoivent et traitent les immigrants.


[1] Journal of Experimental Social Psychology,2010;DOI:10.1016/j.esp.2010.05.025

[2] Le lecteur pourra également consulter les travaux des professeurs Rafiq Ibrahim, Mark Leikin et Zohar Eviatar de l’Université de Haïfa Ibrahim, R., Eviatar, E., & Leikin, M. (2008). » Speaking Hebrew with an accent: Empathic capacity or other non-personal factors. » International Journal of Bilingualism, 12(3), 195-207 et Leikin, M., Ibrahim, R., Eviatar, Z., & Sapir, S. (2009). « Listening with an accent: Speech perception in a second language by late bilinguals ». Journal of Psycholinguistic Research, 38, 447-457.

Van Gogh, Francis Bacon et commodat:quel lien?

Si cette juxtaposition en apparence arbitraire titille votre curiosité,lisez l’intéressant article de Thibault de Ravel d’Esclapon  ( cliquez ici )qui explore à la fois les relations de Bacon avec Arles et les problèmes juridiques qu’une disposition testamentaire de Bacon a suscités. Vous y rencontrerez les vieilles notions de commodat ou prêt à usage ainsi que celles de trust si chères à nos confrères anglo-saxons.

“Sponsoriser”,”Panélistes”,”basique” et autres solécismes et barbarismes

Si, comme le soulignait l’Académie française, dans la huitième édition de son Dictionnaire, « Le barbarisme et le solécisme sont les deux principaux vices d’élocution ”, les intervenants lors de l’assemblée générale du Cercle des Cadres Expatriés se doivent de corriger ces vices.

Pour mémoire, selon le même Dictionnaire ,le solécisme est « une faute contre la syntaxe au regard de la grammaire » alors que le barbarisme est « une faute contre le langage soit dans la forme,soit dans le sens du mot (mot créé ou altéré,dévié de son sens,impropre….Faute caractéristique d’un étranger (gr. barbaros) particulièrement celle qui consiste dans l’emploi d’une forme inexistante,par opposition avec le solécisme,qui est l’emploi fautif dans un cas donné d’une forme par ailleurs correcte. Nominer pour nommer, citer est un barbarisme. »

Voici quelques exemples de solécismes ainsi relevés :

« Il y a deux personnes que je veux remercier, le premier c’est.. » : sans commentaires.

« Je pensais avoir fermé la vente » : il est clair qu’il s’agit d’un calque de l’expression anglaise « to close the sale ».Faut-il dire boucler dont le sens familier est de mettre un point final à quelque chose comme dans boucler son budget, ses comptes? Non car boucler ne reprend pas l’idée de succès qu’exprime l’anglais. Fallait-il alors dire clôturer la vente? Surtout pas!L’Académie dans la neuvième édition de son Dictionnaire, en cours de parution, dit de clôturer que « Ce verbe n’a pas d’emploi figuré. Dans le sens de terminer on ne doit pas utiliser clôturer mais clore ou des périphrases telles que mettre un terme à, mettre fin à ».Le verbe clore, comme le verbe boucler ne rend qu’imparfaitement l’idée de succès .Il fallait dire conclure la vente. En effet, conclure signifie «  f ixer définitivement, établir par un accord…conclure un marché ».

« Un vice président en charge de.. » : encore une traduction littérale  de l’anglais «.in charge of ».Il faut dire  responsable de ou chargé de comme dans les expressions un chargé d’affaires ou de mission.

« Il s’agit de choses relativement basiques » encore une mauvaise traduction de l’anglais « basic ».L’Académie dans la neuvième édition de son Dictionnaire limite l’emploi de l’adjectif basique à la chimie (= qui a les propriétés d’une base) et à la minéralogie (=roche ou sol de composition alcaline).Il fallait dire choses relativement élémentaires.

Voici quelques exemples de barbarismes aussi relevés :

« Faire du matching » :l’idée est de trouver des partenaires qui est l’usage premier du mot match en anglais quand il fit son apparition au XVIème siècle.Le mot matcher est un québécisme.Il faut dire assortir ou appareiller.

« Nos speakers » pourquoi éviter de dire « nos orateurs » ou « nos conférenciers”, mots qui ont le mérite d’être français?

« Panélistes » .Le mot panel existe en français. C’est un emprunt récent –années 1950- à l’anglais. Le mot anglais est emprunté à l’ancien français panel dont la racine est pan signifiant un morceau d’étoffe. Panel dans le sens de «coussinet de selle» est attesté dès 1160-74 et est devenu panneau en français moderne .Son sens a évolué en Angleterre pour désigner un morceau de parchemin  puis le parchemin sur lequel était inscrit la liste des jurés puis le jury lui-même. L’Académie est formelle : le mot panel en français « Ne doit être employé qu’en parlant de sondages d’opinions. ».Pour éviter le barbarisme qui consiste à utiliser le mot panel pour autre chose que des sondages d’opinion, il convient de dire table ronde ou réunion débat et les intervenants de nos tables rondes à la place de panéliste mot qui n’existe pas en français.

« Sponsor » : voici encore un emprunt au latin qui signifiait «  garant, répondant de quelqu’un » et en latin chrétien « parrain, marraine » .L’acception utilisée par calque sur l’anglais est un barbarisme si flagrant  que les arrêtés du 17 mars 1982 et du 24 janvier 1983 furent promulgués pour recommander l’usage de commanditaire pour éviter cet anglicisme (Néol.off.1988, nos 2093 et 409).A bon entendeur salut.

« Sponsoriser » : le mot propre est parrainer que l’Académie défini comme : « 1-soutenir de son influence ou de son autorité morale une personne, un projet ou une œuvre parrainer un comité de sauvegarde.2-Accorder son soutien financier à une entreprise, à une manifestation » .Il fallait donc dire parrainer au lieu de sponsoriser.

« Avoir du feedback en live » : pourquoi pas tout simplement « avoir des réactions en direct »?

« Les meetings one on one »:le mot meeting est ici un contresens puisque par définition un meeting en français n’est qu’ « une grande réunion publique ».Il s’agit donc d’un barbarisme doublé d’un solécisme.Il fallait bien sûr dire  les  «tête-à-tête» ou les « les réunions individuelles ».

Pourtant si des barbarismes tels que « faire un cost play », « un meeting de négociation «  ou encore le bottom line sont la patente manifestation d’un laisser-aller du plus mauvais aloi que dire du snobisme de certaines personnalités de la scène politique française qui dans leurs discours officiels crurent bien d’émailler leurs propos d’expressions anglaises telles que : « le fait d’être both ways « , »C’est good news..  » ou encore  « il ne faut pas voir les choses one way« . Laissons au lecteur le soin de juger (voir aussi  Le bon français et les bonnes résolutions )  .

Si le solécisme vient du nom d’une colonie d’Athéniens établis à Soles en Cilicie qui parlaient un mauvais patois, n’incombe-t-il pas aux membres du Cercle des Cadres Expatriés de cesser de parler un charabia dans lequel  mots français et anglais s’entrechoquent et choquent?

Max Raabe and Dieter Fischer-Dieskau

Max Raabe and his Palast Orchester‘s recent performance at Carnegie Hall prompted the following question: why such a fine rendition of the German cabaret songs and a not quite convincing rendition of songs in English of the same era? Listen first to his signature song “Heute Nacht or nie” ( click here) then to the way he interprets the great 1931 classic “Dream a little dream of me”( click here ).Now compare Raabe’s interpretation to that of the Dorsey Brothers (click here ).Which do you prefer? Don’t you agree that Raabe does not quite pull it off?

The answer to the why lies; I suspect and look forward to your comments, in the influence of the Schubert Lieder vocal style on German songs in general and, likely, on the vocal training of Max Raabe. Listening again to “Heute Nacht or nie” I cannot help but be reminded of Dieter Fischer-Dieskau’s interpretation of Schubert’s Winterreisen Op. D 911 (click here).The vocal style used to sing Lieder is well suited, and expected, for many German cabaret songs but is not suited to the American songs of Cole Porter, Irving Berlin  and many others of that era. This may explain why Raabe’s interpretation of American songs did not sound quite as convincing as his interpretation of German cabaret songs.

Le plan de relance américain:bilan après un an

Mercredi 17 fevrier 2010, l’émission quotidienne ,L’heure des comptes,de Radio Canada m’a interrogé sur le bilan du plan de relance américain après une année. Pour écouter cette entrevue cliquez ici.



Hôtel Lambert: histoire d’une sauvegarde.

Comme le fait ressortir Thibault de Ravel d’Esclapon dans son article :“Heureux épilogue pour l’affaire de l’hôtel Lambert : les voies de l’amiable ” , l’hôtel Lambert, bijou d’architecture du Grand Siècle, sis à la proue de l’île Saint-Louis, a récemment fait couler beaucoup d’encre. Cet hôtel, site d’un roman d’Eugène Sue, fréquenté par Delacroix, Balzac, Chopin, Liszt et George Sand, fût vendu en 2007 par le baron de Rothschild au frère de l’émir du Qatar pour la bagatelle de 80 millions d’euros. Le nouveau propriétaire voulant faire de nombreux travaux dans cette demeure classée monument historique, une bagarre juridique livrée par l’association pour la sauvegarde et la mise en valeur du Paris historique s’en est suivie. Le détail, et l’heureuse issue de celle-ci est relaté par Thibault de Ravel d’Esclapon que vous pouvez lire en cliquant ici.

Klezmer:Giora Feidman and his glass clarinet

If the idea of playing a glass clarinet intrigues you,do watch this video of Giora Feidman playing some popular nigunim and compare his play using wood clarinets in a synagogue in Tsfat ( click here ) and elsewhere (Milan 2008 )

La septième majeure ou mineure (musicale) par Ionel Petroi

La musique classique n’est pas basée essentiellement sur la septième majeure ou mineure.

La septième s’ajoute plutôt à un accord majeur ou mineur.

Mais qu’est-ce qu’est cette fameuse septième?

Par définition, la septième est l’intervalle séparant deux sons (ou deux notes) ou la distance entre la première et la septième note.

En musique nous avons deux sortes de septième: mineure et majeure.

La septième mineure est égale à cinq tons.

L’exemple de cette septième mineur est le début de deuxième thème  du « BOLERO » de  Ravel.(Note de l’éditeur: écoutez la différence d’interprétation et de direction entre la version de Karajan en 1985 –partie I et partie II – et celle de Barenboim en 1998 –partie
I
et partie II -,tous deux dirigeant le Philharmonique de Berlin.)

Ce thème commence par le basson presque au début du morceau (1’42’’)

Par rapport a  la note DO (dans les basses), la note Sib est une septième mineure.

La septième majeure est égale à cinq tons et demi.

L’exemple d’une septième majeure est le début du deuxième thème du « THE BALKAN BOLERO » de Petroi.Le lien Apple iTunes est:http://phobos.apple.com/WebObjects/MZStore.woa/wa/viewAlbum?playListId=263410211 .Par rapport a la note DO (dans les basses), la note Si est une septième majeure.

Au-delà de cette explication musicale, la septième majeure ou la septième mineure provoque en nous des sentiments très différents.Ces septièmes peuvent provoquer en nous un sentiment d’instabilité.Bien que la septième mineure peut nous paraître plus stable.Cette septième donc est bien une septième relative!

New York, le 31 janvier 2010

Ionel Petroi

Compositeur et Pianiste

Did Alan Greenspan err?

Many, especially on Capitol Hill, find it convenient to blame Greenspan for the financial crisis from which we are barely emerging. The argument runs thusly: the combination of very cheap money policies and of deregulation so fervently adopted by Geenspan brought about the housing bubble, the subprime mess and assorted financial debacles. Is this line of thinking correct? Mr. Taylor, a friend of Mr.Greenspan thinks so, others, including, not surprisingly, Mr. Greenspan remain unconvinced by Mr. Taylor’s criticism of Mr. Greenspan’s policies. CNNMoney’s Geoff Colvin penned an interesting article (click here to read it) that summarizes the arguments on both sides of the debate in a cogent and articulate manner

Le fabuleux trésor de Pouilly-sur-Meuse

Qui n’a jamais rêvé de découvrir un trésor enfoui dans sa propriété? Ce rêve devint réalité pour un propriétaire de Pouilly-sur-Meuse .Lors de travaux pour la construction d’un puits ,il découvrit  un ensemble belles pièces de vaisselle datant de la Renaissance : aiguières, cuillères en vermeil et argent, et deux timbales de Théodore de Bry (Dietrich Bey), orfèvre et graveur.

Que pouvait faire l’heureux propriétaire ? Vendre discrètement ?publiquement ? Lui fallait-il redouter une éventuelle préemption des musées nationaux ? Ce sont toutes ces questions qu’analyse Thibault de Ravel d’Esclapon que vous pouvez lire en cliquant ici.

Un cheval, des chevaux : pourquoi?

Vous êtes vous jamais posé la question :pourquoi le pluriel de cheval est-il chevaux ou celui de travail travaux?Peut-être avez-vous été en panne d’idées lorsqu’un enfant vous posait la question quand vous le repreniez pour avoir dit chevals ? Cliquez ici pour l’explication.


From Oppression to Freedom:John Jay’s Huguenot Heritage

The John Jay Homestead opened a new special exhibit,From Oppression to Freedom:John Jay’s Huguenot Heritage on December 4,2009.John Jay,one of the founders of the United States,served as the first Chief Justice of the United States,drafted the New York Constitution,was Governor of New York and negotiated the Treaty of Paris as well as the Jay Treaty with Great Britain.The text of my remarks for the opening is available here:From Oppression to Freedom:John Jay’s Huguenot Heritage.

Retour sur l’histoire du Courrier

M.Anthony Grolleau-Fricard attire notre attention sur la thèse de doctorat qu’il a soutenue en Sorbonne sur l’histoire du Courrier des Etats-Unis.Voici le lien qu’il nous a gentiment fait parvenir http://www.agf-consultant.ca/docs/THESEcorpus.pdf.Nous l’en remercions vivement et en recommandons la lecture.Nous eussions été fort aise d’en avoir eu connaissance lorsque nous rédigeâmes la notice sur l’histoire du Courrier des Etats-Unis!

La langue française à la une du Wall Street Journal

Imaginez mon étonnement hier  en parcourant les titres de la première page du WSJ :de mémoire d’homme c’était la première fois que la langue française faisait la une du WSJ.Max Colchester (14 octobre 2009,p.A1 )y a écrit un article intitulé « The French Get Lost in the Clouds Over a  New Term in the Internet Age:They Turned Email into Courriel But What’s With Informatique en Nuage? » (cliquez ici pour lire l’article).Il décrit avec forces exemples les travaux de  la Commission de la terminologie et nous donne une liste partielle des traductions adoptées.

Qui décide du bon usage?

Nous savons tous que l’arbitre ultime est le Dictionnaire de l’Académie française mais ce que nous ne savons pas est comment l’Académie décide que tel usage doit  être accepté ou rejeté  ou que tel néologisme peut rentrer dans notre belle langue. Pour comprendre ces mécanismes et le rôle des multiples commissions de terminologie et de néologismes des ministères, écoutez Mme Hélène Carrère d’Encausse, Secrétaire perpétuel de l’Académie française, présidente de la Commission de la langue française expliquer  comment un mot devient digne de figurer au Dictionnaire de l’Académie française :cliquez ici

La fête Roch Hachana:la tête de l’année

Si vous voulez comprendre les aspects à la fois festifs et rigoureux de cette grande fête juive , écoutez l’explication qu’en fait le grand Rabbin Haïm Korsia, aumônier général israélite de l’armée française , sur Canal Académie.Comme lui,souhaitons Shana Tovah à tous nos amis juifs.

Dan Brown’s The Lost Symbol

The Lost Symbol arrived last night and turned out to be a bit of a disappointment. What the book gained in thickness it lost in tautness .Much of the plot’s main « surprise » can be guessed after the first few chapters. Set in a Washington DC awash with Masonic symbolism one cannot help but be reminded of the movie National Treasure. Readers interested in finding more about the Masonic symbols used by Brown should consult the website, http://www.freemasonlostsymbol.com which is a collaboration of the Masonic Society, the Masonic Service Association and the George Washington Masonic Memorial to address the book’s Masonic references.

As in his Da Vinci Code, Brown’s villain here is a thoroughly repulsive psychopath, Mal’akh, reminding one of Silence of the Lambs. I wonder why such psychopaths exert such a fascination on Dan Brown. The rest of his characters lack in depth:Inoue Sato director of a mythical Office of Security within the CIA ,improbably investigating in Washington D.C. seems to step out of a cartoon.

While the book is principally a pean to people’s potential, sadly, it is spoiled by suffused sloppiness. Here are 3 glaring examples:

1-at p.421 and 424,Professor Langdon is struggling to decipher a series of pictograms when he exclaims « The first letter is Η » and then « Suddenly he realized what the word might be :Ηερεδομ » the word « Heredom » which he proceeds to define, correctly, giving a correct  etymology completely misspelled: « From the Greek Ηερεδομ originating from Hieros-domos « .In Greek, as Mr. Brown should have easily ascertained, the letter H is the capital « η »=eta not the English « H ». In Greek there is no letter for the aspirated « h », the effect is achieved through the use of a diacritic, the spiritus asper, or rough breathing represented by an inverted comma placed above and before the vowel to be aspirated. Thus the word should have been written   Ἑρεδομ or – Ἡρεδομ.

2-at p.437-8, he writes « all spiritual rituals included aspects that would seem frightening if taken out of context-crucifixion reenactments, Jewish circumcision rites….Islamic niqab… ».Sorry Mr.Brown, the niqab is not a spiritual ritual; it is merely an article of clothing that covers the entire body of certain Moslem women leaving only the eyes. Islamic scholars are divided on the question of whether the niqab is mandated or simply permitted by the Koran but none regards the niqab as a spiritual ritual.

3-at p.497, chapter 133 ( yes!) after the protagonists have been chased around ,taken prisoners liberated,escaped from improbable situations all starting with a speech that Prof.Langdon was to give at 7 p.m., Brown writes that Langdon was « still unable to believe that it had been less than ten hours since [about 7 p.m.] ».We too are unable to believe that he could have done it in ten hours, however skilled or superhuman Langdon may be!

All in all ,to borrow the phrase :a good yarn ruined.

Jeu mathématique #2

Un cas de jurisprudence en Californie il y a quelques années soulève un problème mathématique intéressant Voulant attirer dans ses rêts les gros joueurs, un casino avait recruté un joueur professionnel aux conditions suivantes: vous disposez de jetons d’une valeur de $ 5 millions pour “flamber” dans notre casino. Tout ce que vous gagnez au delà de 5 millions vous est acquis et si vous perdez les 5 millions vous ne nous devez rien. Il joua et perdit tout. Comme de bien entendu, le fisc s’en est mêlé arguant qu’il devait l’impôt sur un revenu de $ 5 millions. En première instance, le tribunal s’est rangé à l’avis du fisc mais en appel, la cour a cassé, raisonnant que les $ 5 millions ne constituaient pas  réellement un revenu entre les mains du joueur e t  et celui-ci   ne devait donc pas d’impôt sur le revenu sur ces $ 5 millions.

D’un point de vue strictement mathématique, faisant l’hypothèse que le joueur jouait au casino la stratégie lui donnant les meilleures chances contre le casino ( le “pass-line bet” au jeu de “craps”,en arrondissant, donne 50,3% pour le casino  et 49,7% pour le joueur et paye $1 pour chaque $1 joué si le joueur gagne) la décision de la cour d’appel était-elle justifiée? En d’autres termes, dans l’hypothèse précitée, la mise à disposition de $5 millions avait-elle néanmoins une valeur?

Supposons maintenant qu’un joueur décavé en est à son dernier billet de $100 et qu’il lui faut $200  pour pouvoir rentrer chez lui, somme qu’il ne veut pas, pour des raisons évidentes, demander à sa chère et tendre. Prenant pour acquis qu’il va jouer la stratégie du pass line bet avec à chaque fois 49,7% de chances de gagner et l’espérance de toucher une somme égale à sa mise s’il gagne, quelle est sa stratégie optimale s’il veut gagner juste assez pour rentrer chez lui: jouer $5 chaque fois,$20 chaque fois ? De la réponse, mathématiquement justifiée, quelles conclusions peut-on  tirer sur les stratégies optimales à adopter  pour maximiser ses chances de gagner   dans un jeu à somme zéro où l’on est soit le joueur le plus fort soit le joueur le plus faible?

Par contre ou en revanche?

Hier soir nous dînions avec des amis en Périgord. L’une des convives commence une phrase en disant « Par contre » et se fait reprendre par notre ami belge Yves au motif qu’il s’agit d’une expression provenant du français belge  et non pas du bon français. Interloqué ,je lui demande de préciser et il nous dit que lui-même s’était fait gourmander par Maurice Druon, académicien, qui lui avait soutenu que « par contre  » était une expression belge et qu’il fallait, en bon français dire « en revanche ».

Qu’en est-il?

Selon le Trésor de la langue française (Tlf), « par contre » est une locution adverbiale marquant l’opposition à un énoncé antérieur citant ,entre autres, Guy de Maupassant : »Si le jardin se trouvait à l’ombre ,la maison, par contre, était en plein soleil » (Contes et Nouvelles t.1Dimanches bourgeois, Paris 1880,p.297).Selon Grévisse ,les expressions « en revanche » ou « en compensation » « ajoutent à l’idée d’opposition une idée particulière d’équilibre heureusement rétablie » alors que ‘par contre » exprime « d’une façon toute générale l’idée d’opposition et a le sens nu de mais d’autre part, mais d’un autre côté ».

La locution adverbiale  « par contre » est une apparition récente dans le Dictionnaire de l’Académie française : elle figure à la  sixième et à la  septièmeédition (1835 et 1878) avec le sens : »Dans le style commercial, Par Contre, en compensation ». Dans la neuvième  édition, en cours de parution, l’Académie fait allusion à la controverse sur « par contre » et tranche ainsi:

 » Par contre, en revanche, d’un autre côté, en contrepartie, en compensation, à l’inverse.  Condamnée par Littré d’après une remarque de Voltaire, la locution adverbiale Par contre a été utilisée par d’excellents auteurs français, de Stendhal à Montherlant, en passant par Anatole France, Henri de Régnier, André Gide, Marcel Proust, Jean Giraudoux, Georges Duhamel, Georges Bernanos, Paul Morand, Antoine de Saint-Exupéry, etc. Elle ne peut donc être considérée comme fautive, mais l’usage s’est établi de la déconseiller, chaque fois que l’emploi d’un autre adverbe est possible. »

Laissons la parole à André Gide, cité par le Dictionnaire culturel en langue française (Robert 2005), qui justifie ainsi son emploi de « par contre »:

« Je sais bien que Voltaire et Littré proscrivent cette locution mais « en revanche » et « en compensation », formules de remplacement que Littré propose, ne me paraissent pas toujours convenables […] Trouveriez –vous décent qu’une femme vous dise: » Oui, mon frère et mon mari sont revenus saufs de la guerre; en revanche, jy ai perdu mes deux fils »? ou « la moisson n’a pas été mauvaise, mais « en compensation » toutes les pommes de terre ont pourri »? [….] « Par contre » m’est nécessaire, et, me pardonne Littré, je m’y tiens » Attendu que.. p 89

Notons, que le Larousse tient « par contre  » et « en revanche » pour synonymes et  que le Tlf indique   dans la rubrique « Revanche » que l’expression en revanche » a pour synonyme « par contre”

N’en déplaise à MM Voltaire et Littré ( et à leurs épigones), la langue a évolué !

A table, tous s’accordèrent  à dénoncer les périls auxquels s’exposent ceux qui, ayant acquis la notoriété dans un domaine, utilisent celle-ci pour faire des déclarations, souvent ô combien dogmatiques, sur des sujets ne relevant pas de leur spécialité.

Paul Krugman on Andrew Hall

Paul Krugman,ever the populist,has now jumped into the Hall fray ( read Rewarding Bad Actors NYT Aug.2,2009 ).In his editorial,Professor Krugman fires a broadside against Goldman Sachs’high frequency derived profits and against Mr.Hall.Arguendo,one might  find  high frequency trading to be reprehensible because those with higher speed computers are said to have an unfair advantage over the Lumpenproletariat whose computers dawdle along at much lower speeds.To condemn Mr.Hall,Professor Krugman then argues: »What about Mr. Hall? The Times report suggests that he makes money mainly by outsmarting other investors, rather than by directing resources to where they’re needed. Again, it’s hard to see the social value of what he does. »Does Professor Krugman really think there is something wrong about being smarter than others?Is this an indication of a belief that « equality » really means dumbing down to the lowest common denominator?His linking  outsmarting other investors and not directing ressources where they are needed is not mentionned in the article he cites as a source ( see David Segal ) nor is there a logical link between the proposition that Mr. Hall outsmarts others and the alleged lack of social value in what a Mr. Hall does with his greater smarts unless one were to hold the belief,as Professor Krugman implicitly appears to hold,that being smarter is unfair and has no social value.More’s the pity that such a leading economist should show such a bias.

James Madison and Hall’s $ 100M bonus

On July 27,2009,I posted a note  ( below: Rémunération des cadres bancaires : les $100 millions d’Andrew Hall ) on the  debate raging around Andrew Hall’s right to a $ 100 million bonus,the  topic now of David Segal’s  front page article in Sunday’s New York Times ( August 2,2009) .In my note I  stated that while there were sound reasons to reform the remuneration of traders to avoid excessive risk-taking and to adjust it to account for risks spread over a long period ( the classic problem of long tailed distributions such as Pareto or Lévy ones) there are even sounder reasons for the provision in the U.S. Constitution  prohibiting the  passing laws that affect contract rights retroactively. These reasons were best articulated by James Madison, writing as Publius, in 1788 ,No44 The Federalist Papers:

“Bills of attainder, ex post facto laws, and laws impairing the obligation of contracts, are contrary to the first principles of the social compact, and to every principle of sound legislation. The two former are expressly prohibited by the declarations prefixed to some of the State constitutions, and all of them are prohibited by the spirit and scope of these fundamental charters. Our own experience has taught us, nevertheless, that additional fences against these dangers ought not to be omitted. Very properly, therefore, have the convention added this constitutional bulwark in favor of personal security and private rights; and I am much deceived if they have not, in so doing, as faithfully consulted the genuine sentiments as the undoubted interests of their constituents. The sober people of America are weary of the fluctuating policy which has directed the public councils. They have seen with regret and indignation that sudden changes and legislative interferences, in cases affecting personal rights, become jobs in the hands of enterprising and influential speculators, and snares to the more-industrious and less informed part of the community. They have seen, too, that one legislative interference is but the first link of a long chain of repetitions, every subsequent interference being naturally produced by the effects of the preceding. “

President Madison’s wise observations deserve to be heeded by those who now seek to retroactively modify contract rights.

Où courrent-ils?

Les vacances sont pour nos compatriotes l’occasion de souffler un peu,de décompresser,en un mot de ne plus courrir comme ils se sentent obligés de le faire chaque jour  durant le reste de l’anné.Courrir, comme l’a si bien fait ressortir Raymond Devos avec son humour habituel,suscite des questions dont la moindre n’est pas :où courrent-ils? Délectez vous en attendant cette rentrée qui signale le redémarrage de la course!

Rémunération des cadres bancaires : les $100 millions d’Andrew Hall

Le débat continue de faire rage.Cette fois, il s’agit de la rémunération d’Andrew Hall, patron de la division Phibro de Citigroup.Celui-ci, contractuellement devrait toucher $100 millions au titre de l’exercice 2009.Cette perspective n’est pas au goût de Ken Feinberg, le tsar des traitements de cadres de sociétés aidées par le gouvernement. D’ou la relance du débat sur le droit à la modification ex post facto unilatérale d’un contrat. Comme l’explique Stephen Grocer dans le Wall Street Journal, la division Phibro a gagné beaucoup d’argent pour Citigroup et continue d’engranger des bénéfices plus que coquets et sera un facteur primordial du remboursement des aides gouvernementales par Citigroup.S’il est nécessaire de réformer le mode de rémunération  des opérateurs sur les marchés ( les fameux « traders ») pour prendre en compte l’étalement dans le temps des risques découlant des opérations (le problème de la longue traine des distributions de type Pareto ou de Lévy par exemple),il convient de le faire sans pour autant battre en brèche la disposition de la constitution américaine interdisant la modification unilatérale rétroactive des contrats. James Madison, commentant  cette disposition en 1788 dans le No 44 des Federalist Papers  en démontre la nécessité:

“Bills of attainder, ex post facto laws, and laws impairing the obligation of contracts, are contrary to the first principles of the social compact, and to every principle of sound legislation. The two former are expressly prohibited by the declarations prefixed to some of the State constitutions, and all of them are prohibited by the spirit and scope of these fundamental charters. Our own experience has taught us, nevertheless, that additional fences against these dangers ought not to be omitted. Very properly, therefore, have the convention added this constitutional bulwark in favor of personal security and private rights; and I am much deceived if they have not, in so doing, as faithfully consulted the genuine sentiments as the undoubted interests of their constituents. The sober people of America are weary of the fluctuating policy which has directed the public councils. They have seen with regret and indignation that sudden changes and legislative interferences, in cases affecting personal rights, become jobs in the hands of enterprising and influential speculators, and snares to the more-industrious and less informed part of the community. They have seen, too, that one legislative interference is but the first link of a long chain of repetitions, every subsequent interference being naturally produced by the effects of the preceding. “

Ces observations du père de la constitution méritent toutes l’attention de ceux qui aujourd’hui veulent remettre en cause les droits contractuels.

Le retour des têtes maories à la Nouvelle Zélande

Dès son arrivée comme ministre de la culture ,Frédéric Mittérand,s’est empressé de faire voter une loi permettant aux musées de France de retourner à la Nouvelle Zélande les têtes maories qu’ils pouvaient avoir dans leurs collections. Pourquoi cet empressement à retourner ces têtes ornées de dessins symboliques dont le commerce fût interdit par la couronne britannique en 1831 ?Découvrez les tenants et aboutissants de cette affaire en lisant l’article de Thibault de Ravel d’Esclapon.

Health Care Reform

As Congress starts debating the Obama health care plan, an incursion into history may be in order. Years ago, in 1961,the Democrats proposed a form of socialized medicine. Concerned citizens mounted  Operation Coffee Cup Campaign against Socialized Medicine and then private citizen Ronald Reagan spoke out ( here) against socialized medicine in terms that all intellectually honest persons should ponder .Some years later,in 1978,in a speech at the Mayo Clinic, Milton Friedman provided a lucid,and still valid ,analysis of the consequences of socialized medicine on patients and the care to which one might think they are entitled but for socialized medicine see video here.

Clearly,those who do no study history are condemned to repeating history’s mistakes.